Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Prostate
Prostate
Fiches d'anatomie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 255

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Paracétamol
IDENTIFICATION
CAS : 103-90-2
Classe ATC : N02BE01
Formule brute : C8H9NO2
Nom chimique :
N-acétyl-p-aminophénol
Formule développée :


(source : base chemIDplus)


Autres dénominations :
Acétaminophène
Para-acétamidophénol
Hydroxy-4' acétanilide
Poids moléculaire : 151,2
PKa (constante de dissociation) : 9,5

CLASSE(S) CHIMIQUE(S)
Acétanilide

CLASSE(S) PHARMACOLOGIQUE(S)

Analgésique
Antipyrétique

MECANISME D'ACTION

Comme les salicylés, le paracétamol dispose d'une activité antipyrétique et analgésique, mais il s'en distingue par l'absence d'activité anti-inflammatoire ou anti-agrégante, ainsi que par l'absence de toxicité sur la muqueuse gastro-duodénale.
Plus d'un siècle après son introduction en thérapeutique, son mécanisme d'action demeure néanmoins incertain (Bonnefont et al., 2003).
Le paracétamol semble être un inhibiteur de la cyclo-oxygénase (COX) dont le profil pharmacologique particulier serait dû à une inhibition préférentielle de la COX au niveau central (Flower et Vane, 1972).
Plus récemment, des études ont suggéré que le paracétamol inhiberait une isoforme particulière de COX, dénommée COX 3. Celle-ci serait un variant de la COX 1, présent au niveau central, et serait la cible d'action, outre du paracétamol, des pyrazolés (Chandrasekharan et al., 2002). Toutefois, l'expression de la COX 3 chez l'homme demeurerait incertaine (Warner et Mitchell, 2004).
Un mécanisme d'action sérotoninergique central a également été proposé par certains : le paracétamol favoriserait le fonctionnement de neurones sérotoninergiques descendants exerçant au niveau spinal un contrôle inhibiteur sur les voies de la douleur (Tjolsen et al., 1991).
Le paracétamol possède par ailleurs des propriétés antioxydantes qui pourraient être à l'origine d'une réduction de l'oxydation des LDL, d'une diminution du risque cardio-vasculaire et d'un effet préventif sur la cataracte. Les conditions de l'exploitation clinique de ces propriétés restent toutefois à établir (Prescott, 2003). Une activité cardioprotectrice, également mise en évidence dans des modèles d'ischémie-reperfusion myocardique, pourrait être liée aux propriétés anti-oxydantes du paracétamol (Merrill, 2002).

PHARMACOCINETIQUE

> Absorption

Après administration par voie orale, le paracétamol est rapidement et presque totalement résorbé au niveau de l'intestin grêle. Le pic plasmatique est obtenu en 15 minutes à 2 heures selon les formulations. Il existe un effet de premier passage hépatique peu marqué et sa biodisponibilité absolue par voie orale est voisine de 80 %. Un retard de vidange gastrique peut retarder sa résorption.

Par voie rectale, le paracétamol est résorbé et sa biodisponibilité n'est que de 10 à 20 % inférieure à celle de la voie orale. Cette résorption est progressive et la courbe des concentrations en fonction du temps est voisine de celle observée avec un comprimé de paracétamol à libération prolongée (Bannwarth et Pehourcq, 2003).

Par voie veineuse, le paracétamol peut s'administrer en perfusion intraveineuse de 15 minutes soit sous forme d'une pro-drogue, le propacétamol, soit sous forme de paracétamol. Le propacétamol, sous l'effet d'estérases plasmatiques, libère du paracétamol à raison de 500 mg de paracétamol pour 1 g de propacétamol. Les concentrations maximales de paracétamol sont environ 2 fois supérieures à celles obtenues après la prise de la même dose sous forme de comprimés.
Au-delà de la première heure, les formes orale et intraveineuse fournissent des concentrations plasmatiques identiques, et leurs demi-vies d'élimination sont similaires.

> Distribution
Le paracétamol est peu lié aux protéines plasmatiques (< à 20 %). Il diffuse rapidement à travers la barrière hémato-encéphalique et ses concentrations dans le liquide céphalo-rachidien sont proches des concentrations plasmatiques (Moreau et al., 1993).
Le paracétamol franchit la barrière placentaire et passe dans le lait. Toutefois, les quantités excrétées dans le lait sont inférieures à 2 % de la quantité ingérée et le paracétamol n'est pas déconseillé au cours de l'allaitement.
Les concentrations dans la salive sont voisines des concentrations plasmatiques.

> Métabolisme
Le paracétamol est largement métabolisé par le foie en dérivés glucuro ou sulfoconjugués. Une faible fraction est transformée en un métabolite très réactif, le N-acétyl-p-benzoquinonéimine, qui réagit rapidement avec le glutathion dont il diminue les concentrations. En cas de surdosage massif cette réaction devient importante et induit une déplétion en glutathion à l'origine d'un stress oxydatif pouvant entraîner une nécrose centrolobulaire hépatique.
La toxicité hépatique impliquerait également une production de peroxynitrites à l'origine d'un stress nitrosant (Knight et al., 2002).
Les conséquences de l'alcoolisme chronique sur le métabolisme et la toxicité hépatique du paracétamol restent controversées. En particulier, l'augmentation de la toxicité hépatique du paracétamol chez l'alcoolique chronique n'est pas établie (Brandt, 2003).

> Demi-vie
La demi-vie est comprise entre 1 heure ½ et 3 heures. Il n'existe que peu de variabilité interindividuelle.
La demi-vie n'est pas allongée en cas d'insuffisance rénale chronique.
Elle n'est significativement allongée qu'en cas d'insuffisance hépatique sévère dont celle consécutive à une intoxication massive par le paracétamol.
L'action analgésique après administration d'une dose de 1 g chez un adulte disparaît en 6 heures environ.

> Elimination
Le paracétamol est éliminé principalement par voie rénale sous forme de métabolites glucuro ou sulfoconjugués. Moins de 10 % de la dose administrée sont éliminés par les urines sous forme inchangée.

Le point du spécialiste
Le paracétamol possède des propriétés pharmacocinétiques stables sans variation interindividuelle importante, n'impliquant pas habituellement d'adaptation posologique.
Le problème principal est représenté par la formation d'un métabolite particulièrement hépatotoxique (cf. Intoxication aiguë et surdosage).
Professeur M. Plotkine, Paris V


INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES ET ALIMENTAIRES

> Interactions médicamenteuses
- Warfarine
Le paracétamol pourrait potentialiser l'activité anticoagulante de la warfarine. Néanmoins, l'interaction ne serait à l'origine que de rares cas d'hémorragies cliniquement significatives avec augmentation de l'INR. L'interaction pourrait également exister avec d'autres anticoagulants oraux. Ces interactions seraient plus probables en cas d'utilisation de doses de paracétamol supérieures à 2 g par jour, administrées pendant plus d'une semaine. Dans ce cas, une surveillance de l'INR serait recommandée (Hansten et Horn, 2000 ; Brandt, 2003). Compte-tenu de l'importance de l'interaction entre les AINS, dont les salicylés, et les anticoagulants oraux, l'utilisation des AINS, dont les salicylés, ne constitue pas une alternative au paracétamol.

> Interactions alimentaires
Aucune interaction rapportée.

PERTURBATION DES EXAMENS DE LABORATOIRE

Dosages faussés par la prise de paracétamol :

- Dosage de la glycémie par la méthode à la glucose oxydase-peroxydase : augmentation de la glycémie.
- Dosage de l'acide urique sanguin par la méthode à l'acide phosphotungstique.

UTILISATION THERAPEUTIQUE

> Indications établies
- Traitement symptomatique de la douleur aiguë ou chronique
Principalement dans les formes modérées (Prescott, 2000a).
Le paracétamol est utilisé soit seul, soit en association avec d'autres antalgiques (codéine, dextropropoxyphène, tramadol).

- Traitement symptomatique de la fièvre
En particulier chez l'enfant (Prescott, 2000a), chez lequel il constitue l'antipyrétique de première intention.
Attention ! Dans tous les cas, ce traitement ne dispense pas de la démarche diagnostique indispensable pour identifier l'origine des symptômes.

MODALITES D'ADMINISTRATION

> Adulte
Voie orale :
500 mg à 1 g par prise, à renouveler en respectant un intervalle minimum de 4 heures.
Il n'est généralement pas nécessaire de dépasser la dose de 3 g par jour chez l'adulte. Toutefois, exceptionnellement, la dose maximale peut atteindre 4 g par jour.

> Enfant
La dose quotidienne recommandée est de 60 mg/kg/jour, à répartir en 4 ou 6 prises (environ 15 mg/kg toutes les 6 heures ou 10 mg/kg toutes les 4 heures).
La posologie maximale est de 80 mg/kg/jour chez l'enfant de moins de 38 kg selon les recommandations officielles en France.

CONTRE-INDICATIONS

> Contre-indications absolues
Hypersensibilité au paracétamol.
Insuffisance hépatocellulaire sévère.
Allongement de la demi-vie d'élimination en cas d'insuffisance hépatocellulaire sévère.

MODALITES DE SURVEILLANCE

> Surveillance de base
L'administration de doses thérapeutiques (moins de 3 g/jour) ne nécessite pas de surveillance particulière.

> Surveillance dans certaines situations
Insuffisance rénale sévère.
Du fait de l'élimination rénale prédominante, il est recommandé d'espacer les prises unitaires de 8 heures au minimum et de ne pas dépasser une posologie quotidienne de 3 g.
Consommation excessive chronique d'alcool.

Une augmentation du risque d'atteinte hépatique sévère a été rapportée en cas d'alcoolisme chronique et de consommation de paracétamol à dose thérapeutique. Néanmoins, cette notion est actuellement très controversée (Prescott, 2000b), voir ci-dessous.

Informer le patient
Insister sur le respect de la posologie MAXIMALE prescrite en l'informant du risque de toxicité hépatique en cas de surdosage.
Informer également le malade de la présence de paracétamol dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques et du risque de surdosage qui résulterait de la prise concomitante de plusieurs de ces médicaments.
Professeur J.C. Trinchet, Paris XIII


EFFETS INDESIRABLES

Aux doses thérapeutiques, le paracétamol est habituellement très bien toléré (Graham et al., 2003).
Des effets indésirables ont cependant été rapportés (études de cas ou études épidémiologiques) mais l'imputabilité est souvent non établie.

Les principaux effets indésirables sont les suivants :
- Éruption cutanée (très rare).
Rares cas de rash cutané ou d'éruption urticarienne d'origine probablement allergique.
- Thrombopénie (très rare -Bougie et Aster, 2001).
- Asthme (très rare -Nuttall et al., 2003).
- Hépatite aiguë cytolytique (controversé -Dart et al., 2000 ; Prescott, 2000b).
Des cas d'hépatite cytolytique, parfois sévère, ont été rapportés lors d'utilisation de doses thérapeutiques de paracétamol chez des sujets ayant une consommation chronique excessive d'alcool. Il a été suggéré que cette situation, comme toutes celles entraînant un déficit en glutathion hépatique (grossesse, dénutrition, etc.) pouvait favoriser la survenue d'une nécrose hépatique sévère analogue à celle décrite en cas de surdosage (voir ci-dessous). Néanmoins, cette notion est très controversée, la plupart de ces cas pouvant être dus à un surdosage en paracétamol non reconnu.
- Insuffisance rénale chronique (controversé -Graham et al., 2003).
La consommation prolongée de paracétamol a été suspectée pouvoir induire une néphropathie chronique ; cette notion n'a pas été confirmée ultérieurement.

D'autres effets indésirables ont été rapportés de façon ponctuelle :
- Choc anaphylactique (Van Diem et Grilliat, 1990).
- Purpura vasculaire (Dussarat et al., 1988).
- Syndrome de Lyell et syndrome de Stevens-Johnson.
Un excès de risques associés à l'usage du paracétamol a été rapporté dans une étude cas-témoins européenne (Roujeau et al., 1995).
- Ulcération rectale.
Plusieurs cas ont été rapportés lors de l'usage par voie rectale, souvent en association avec d'autres médicaments, notamment le dextropropoxyphène (De Parades et al., 1996).
- Agranulocytose (Chichmanian et al., 1989).
- Pancréatite aiguë.
Plusieurs cas ont été rapportés, généralement en association avec d'autres médicaments, notamment la codéine (Locher et al., 2003).
- Hépatite chronique active (Bidault et al., 1987).
- Hépatite granulomateuse (Lindgren et al., 1997).
- Rhabdomyolyse (Moneret-Vautrin et al., 1999).

INTOXICATION AIGUE ET SURDOSAGE

Le paracétamol est un toxique lésionnel qui agit avec retard sur son organe cible principal, le foie. Le risque essentiel d'une intoxication aiguë, souvent accidentelle chez l'enfant, volontaire chez l'adulte, est la survenue d'une insuffisance hépato-cellulaire aiguë par nécrose hépatique centro-lobulaire. Le décès est possible. La dose toxique théorique est, pour une dose ingérée unique, supérieure à 125 mg/kg chez l'adulte et 100 mg/kg chez l'enfant (Danel, 2004). Les conditionnements actuels limitent heureusement le risque. La toxicité du paracétamol est majorée chez les sujets présentant une induction enzymatique (barbituriques, alcool) ou une déplétion chronique en glutathion (dénutrition, alcoolisme chronique).

> Symptômes
La phase initiale de l'intoxication peut être totalement asymptomatique. Les symptômes éventuels sont banals : nausées, vomissements, anorexie, douleurs abdominales. Il n'existe pas de corrélation entre la présence ou non de symptômes dans les premières heures et la gravité de l'intoxication. Des signes biologiques d'hépatite cytolytique peuvent apparaître à partir de la 12e heure (augmentation des ASAT et ALAT). A partir du 3e jour, l'évolution peut se faire dans les formes graves vers l'insuffisance hépato-cellulaire aiguë, le coma hépatique et parfois le décès.

> Conduite à tenir
L'hospitalisation immédiate dans un service d'urgence est indispensable, dès que la dose toxique théorique est dépassée ou que la dose ingérée est inconnue, pour dosage plasmatique du paracétamol et mise en route précoce du traitement. La prise en charge associe l'administration de charbon activé (CARBOMIX ou TOXICARB) au traitement antidotique par N-acétylcystéine orale ou injectable. L'adsorption d'une partie de la N-acétylcystéine orale par le charbon activé n'a pas de conséquences significatives. La N-acétylcystéine injectable (FLUIMUCIL injectable) dispose d'une AMM spécifique pour cette indication. Le lavage gastrique n'est pas indiqué. Lorsque l'heure de l'ingestion est connue, la concentration plasmatique du paracétamol après la 4e heure, placée sur le nomogramme spécifique (cf.figure), permet d'indiquer la poursuite ou l'arrêt du traitement antidotique. L'administration de N-acétylcystéine doit être la plus précoce possible, au mieux avant la 8e heure après l'ingestion du paracétamol. Quelques rares effets toxiques, de type anaphylactoïde, ont été observés après perfusion intraveineuse trop rapide de N-acétylcystéine. Des transplantations hépatiques ont été réalisées avec succès dans des formes sévères non traitées initialement (Dargan et Jones, 2002 ; Jones, 1998).

Les recommandations de prise en charge sont validées pour l'ingestion d'une dose unique de paracétamol. Il n'existe pas de recommandations simples lors de prises répétées de doses supra-thérapeutiques de paracétamol. Le nomogramme ne doit pas être utilisé pour une intoxication chronique ou lors de prises répétées. Un conseil auprès d'un centre antipoison et de toxicovigilance est indispensable dans ce cas.

L'avis du toxicologue
Le paracétamol est un bon exemple de toxique lésionnel : peu de symptômes initiaux malgré une évolution qui peut être fatale. Une meilleure connaissance de la physiopathologie de l'intoxication (production d'un métabolite réactif, déplétion en glutathion) a permis de proposer une conduite à tenir stéréotypée consensuelle. C'est une intoxication fréquente à prendre très au sérieux, ce d'autant que le traitement antidotique administré précocement est efficace. L'efficacité de la N-acétylcystéine est identique, qu'elle soit administrée par voie orale ou par voie veineuse. Le critère décisionnel qui guide la thérapeutique est la concentration plasmatique de paracétamol, à obtenir donc impérativement ; seule limite, d'origine toxicocinétique, elle n'est pas interprétable avant la 4e heure après l'ingestion. En l'absence de certitude sur l'heure de l'ingestion, c'est-à-dire quand le nomogramme est alors inutilisable, la confirmation analytique d'un allongement de la demi- vie d'élimination du paracétamol, normalement de 1 heure ½ à 3 heures (voir demi-vie), est aussi une indication du traitement antidotique. Le paracétamol est souvent associé à d'autres molécules antalgiques comme le dextropropoxyphène ; attention à ne pas méconnaître la toxicité du paracétamol devant une intoxication opiacée.

Professeur V. Danel, Grenoble


GROSSESSE
Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène ou foetotoxique du paracétamol.
Dans l'espèce humaine, les résultats des études épidémiologiques n'ont pas mis en évidence d'augmentation du risque malformatif ou foetotoxique. De ce fait, le paracétamol, dans les conditions usuelles d'utilisation, peut être prescrit pendant toute la durée de la grossesse.

ALLAITEMENT
Le paracétamol passe dans le lait. Toutefois, les quantités excrétées dans le lait sont inférieures à 2 % de la quantité ingérée et le paracétamol n'est pas déconseillé au cours de l'allaitement.

PHARMACODEPENDANCE
Pas de pharmacodépendance rapportée.

BIBLIOGRAPHIE


# Bannwarth B., Pehourcq F. « Bases pharmacologiques de l'emploi du paracétamol : aspects pharmacocinétiques et pharmacodynamiques ». Drugs, 2003, 63, N° spécial 2, 5-13.Abstract -Related Articles
# Bidault I., Lagier G., Garnier R., Pallot J.-L., Larrey D. « Does hepatitis due to subacute paracetamol toxicity exist? Apropos of 3 possible cases ». Therapie. 1987 Jul- Aug;42(4):387-8.Abstract -Related Articles
# Bonnefont J., Courade J.-P., Allaoui A., Eschalier A. « Mécanismes de l'action antinociceptive du paracétamol ». Drugs, 2003, 63, N° spécial 2, 1-4.Abstract -Related Articles
# Bougie D., Aster R. « Immune thrombocytopenia resulting from sensitivity to metabolites of naproxen and acetaminophen ». Blood, 2001; 97, 3846-50.Abstract -Related Articles
# Brandt K. « Le paracétamol dans le traitement des douleurs arthrosiques ». Drugs, 2003, 63, N° spécial 2, 23-41. Abstract -Related Articles
# Brok J., Buckley N., Gluud C. « Interventions for paracetamol (acetaminophen) overdoses ». Cochrane Database Syst Rev, 2002, 3, CD003328.Abstract -Related Articles
# Chandrasekharan N.V., Dai Hu, Turepu Ross L.K., Evanson N.K., Tomsik J., Elton T.S., Simmons D.L. « COX-3, a cyclooxygenase-1 variant inhibited by acetaminophen and other analgesic /antipyretic drugs : Cloning, structure, end expression ». Proc Natl Acad Sci (USA), 2002, 99, 13926-31.Abstract -Related Articles
# Chichmanian R.M., Taillan B., Fuzibet J.G., Vinti H., Dujardin P. « Agranulocytosis caused by paracetamol: a case, with positive readministration ». Ann Med Interne (Paris). 1989;140(4):332-3.Abstract -Related Articles
# Danel V. « Intoxication aiguë par le paracétamol ». In : Carli P. Protocoles 2004 - Urgences, plans et schémas thérapeutiques. Editions Scientifiques L, 2004, 193-195.
# Dargan P.I., Jones A.L. « Acetaminophen poisoning: an update for the intensivist ». Crit Care 2002; 6: 108-110.Abstract -Related Articles
# Dart R.C., Kuffner E.K., Rumack B.H. « Treatment of pain or fever with paracetamol (acetaminophen) in the alcoholic patient: a systematic review ». Am J Ther, 2000, 7, 123-34.Abstract -Related Articles
# De Parades V., Sultan S., Bauer P. « Complications ano-rectales et coliques des suppositoires et des lavements ». Gastroenterol Clin Biol 1996;20(5):446-52.Abstract -Related Articles
# Dussarat G.V., Dalger J., Mafart B., Chagnon A. « Vascular purpura caused by paracetamol. A case ». Presse Med. 1988 Sep 17;17(31):1587.Abstract -Related Articles
# Flower R.J., Vane J.R. « Inhibition of prostaglandin synthetase in brain explains the anti-pyretic activity of paracetamol (4-acetamidophenol) ». Nature, 1972, 240, 410-1.Abstract -Related Articles
# Graham G.G., Scott K.F., Day R.O. « Tolérance du paracétamol ». Drugs, 2003, 63 No Spécial 2, 43-6.Abstract -Related Articles
# Hansten P.D. et Horn J.R. in : Drug interactions. Analysis and management. A clinical perspective and analysis of current developments. Fact and comparisons. 2000.
# Jaeschke H., Knight T.R., Ho Y.S., Farhood A. « Peroxynitrite is a critical mediator of acetaminophen hepatotoxicity in murine livers: protection by glutathione ». J Pharm Exptl Ther, 2002, 303, 468-75.Abstract -Related Articles
# Jones A.L. « Mechanism of action and value of N-acetylcysteine in the treatment of early and late acetaminophen poisoning : a critical review ». J Toxicol Clin Toxicol 1998; 36: 277-285.Abstract -Related Articles
# Knight T.R., Fariss M.W., Farhood A., Jaeschke H. « Role of lipid peroxidation as a mechanism of liver injury after acetaminophen overdose in mice ». Toxicol Sci. 2003 Nov;76(1):229-36. Epub 2003 Aug 27.Abstract -Related Articles
# Kozer E., Koren G. « Management of paracetamol overdose: current controversies ». Drug Saf, 2001, 24, 503-12.Abstract -Related Articles
# Lindgren A., Aldenborg F., Norkrans G., Olaison L., Olsson R. « Paracetamol-induced cholestatic and granulomatous liver injuries ». J Intern Med. 1997 May;241(5):435-9.Abstract -Related Articles
# Locher C., Lambare B., Fischer D., Labayle D. « Pancréatite aiguë après la prise d'une association paracétamol-codéine ». Gastroenterol Clin Biol 2003;27(1):124-5.Abstract -Related Articles
# McClain C.J., Price S., Barve S., Devalarja R., Shedlofsky S. « Acetaminophen hepatotoxicity: an update ». Curr Gastroenterol Rep, 1999, 1, 42-9.Abstract -Related Articles
# Merrill G.F.« Acetaminophen and low flow myocardial ischemia: efficacy and antioxydant mechanisms ». Am J Physiol Heart Circ Physiol, 2002, 282, H1341-9.Abstract -Related Articles
# Moneret-Vautrin D.A., Morisset M., Humbert J.C., Beaudouin E., Tupin N., Plantier L. « Acetaminophen-induced rhabdomyolysis ». Allergy, 1999 Oct;54(10):1115-6.Abstract -Related Articles
# Moreau X., Le Quay L., Granry J.-C., Boishardy N., Delhumeau A. « Pharmacocinétique du paracétamol dans le liquide céphalorachidien de sujets âgés ». Thérapie, 1993, 48, 393-6.Abstract -Related Articles
# Nuttall S.L., Williams J., Kendall M.J. « Does paracetamol cause asthma? » J Clin Pharm Ther, 2003, 28, 251-7.Abstract -Related Articles
# Prescott L.F. « Paracetamol: past, present, and future ». Am J Ther, 2000a, 7, 143-7.Abstract -Related Articles
# Prescott L.F. « Paracetamol, alcohol and the liver ». Br J Clin Pharmacol, 2000b, 49, 291-301.Abstract -Related Articles
# Prescott L.F. « Nouvelles perspectives avec le paracétamol ». Drugs, 2003, 63, N° spécial 2, 51-6.Abstract -Related Articles
# Roujeau J.C., Kelly J.P., Naldi L., Rzany B., Stern R.S., Anderson T., et al. « Medication use and the risk of Stevens-Johnson syndrome or toxic epidermal necrolysis ». N Engl J Med 1995;333(24):1600-7.Abstract -Related Articles
# Tjolsen A., Lund A., Hole K. « Antinociceptive effect of paracetamol in rats is partly dependent of spinal serotoninergic systems ». Eur J Pharmacol, 1991, 193, 193-201.Abstract -Related Articles
# Van Diem L., Grilliat J.P. « Anaphylactic shock induced by paracetamol ». Eur J Clin Pharmacol. 1990;38(4):389-90.Abstract -Related Articles
# Warner T.D., Mitchell J.A. « Cyclooxygenases : new forms, new inhibitors, and lessons from the clinic ». Faseb J, 2004, 18, 780-804.Abstract -Related Articles

SPECIALITES CONTENANT CE PRINCIPE ACTIF
Source VIDAL :

> Spécialités contenant ce principe actif en constituant unique
CLARADOL 500 mg cp efferv séc
CLARADOL 500 mg cp séc
DAFALGAN 1 g cp pelliculé
DAFALGAN 500 mg gél
DAFALGAN 600 mg suppos
DOLIPRANE 1 000 mg cp
DOLIPRANE 1 000 mg cp efferv séc
DOLIPRANE 1 000 mg suppos Ad
DOLIPRANE 100 mg pdre p sol buv
DOLIPRANE 100 mg suppos séc
DOLIPRANE 150 mg pdre p sol buv
DOLIPRANE 150 mg suppos
DOLIPRANE 200 mg pdre p sol buv
DOLIPRANE 200 mg suppos
DOLIPRANE 300 mg pdre p sol buv
DOLIPRANE 300 mg suppos
DOLIPRANE 500 mg cp
DOLIPRANE 500 mg cp efferv
DOLIPRANE 500 mg gél
DOLIPRANE 500 mg pdre p sol buv
DOLIPRANE SANS SUCRE 2,4 % susp buv
DOLITABS 500 mg cp orodispersible
DOLKO 170 mg suppos
DOLKO 500 mg cp séc
DOLKO 500 mg pdre p sol buv
DOLKO 60 mg/2 ml sol buv
DOLKO 80 mg suppos
DOLOTEC 500 mg cp séc
EFFERALGAN 1 g cp efferv
EFFERALGAN 150 mg pdre efferv p sol buv
EFFERALGAN 150 mg suppos
EFFERALGAN 250 mg pdre efferv p sol buv
EFFERALGAN 300 mg suppos
EFFERALGAN 500 mg cp
EFFERALGAN 500 mg cp efferv séc
EFFERALGAN 80 mg pdre efferv p sol buv
EFFERALGAN 80 mg suppos
EFFERALGAN PEDIATRIQUE 3 % sol buv
EFFERALGANODIS 500 mg cp orodispersible
EXPANDOX 500 mg cp
GELUPRANE 500 mg gél
PANADOL 500 mg cp pelliculé séc
PARACETAMOL ARROW 1g cp efferv séc
PARACETAMOL ARROW 1g cp
PARACETAMOL ARROW 500 mg cp
PARACETAMOL ARROW 500 mg cp efferv séc
PARACETAMOL BIOGARAN 1 g cp efferv séc
PARACETAMOL BIOGARAN 1g cp
PARACETAMOL BIOGARAN 500 mg cp efferv
PARACETAMOL BIOGARAN 500 mg cp séc
PARACETAMOL BIOGARAN 500 mg gél
PARACETAMOL EG 1g cp
PARACETAMOL EG 500 mg cp
PARACETAMOL G GAM 500 mg cp
PARACETAMOL GNR 500 mg cp
PARACETAMOL IREX 500 mg cp
PARACETAMOL IVAX 500 mg cp
PARACETAMOL MERCK 1000 mg cp efferv séc
PARACETAMOL MERCK 500 mg cp
PARACETAMOL MERCK 500 mg cp efferv
PARACETAMOL MERCK 500 mg gél
PARACETAMOL QUALIMED 500 mg cp
PARACETAMOL RATIOPHARM 500 mg cp séc
PARACETAMOL RPG 500 mg cp
PARACETAMOL RPG 500 mg cp efferv
PARACETAMOL RPG 500 mg gél
PARACETAMOL SANDOZ 500 mg gél
PARACETAMOL SMITHKLINE BEECHAM 2,4 % susp buv Enf/Nour
PARACETAMOL TEVA 1g cp
PARACETAMOL TEVA 500 mg cp
PARACETAMOL TEVA 500 mg cp efferv
PARACETAMOL ZYDUS 500 mg cp
PARALYOC 250 mg lyoph oral
PARALYOC 500 mg lyoph oral
PERFALGAN 10 mg/ml sol p perf
PERFALGAN 10 mg/ml sol p perf IV Enf/Nour
PROPACETAMOL MERCK 1 g pdre p sol p perf
PROPACETAMOL MERCK 2 g pdre p sol p perf
SALIPRAN 2 g pdre orale
SEDARENE 600 mg suppos

> Spécialités contenant ce principe actif en association

ALGISEDAL cp : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
CODOLIPRANE cp séc Ad : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
CODOLIPRANE cp séc Enf : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
COMPRALGYL 400mg/20mg cp séc : codéine phosphate anhydre ; paracétamol
DAFALGAN CODEINE cp pelliculé : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL ARROW 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL BIOGARAN 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL EG 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL G GAM 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL IVAX 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL MERCK 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL QUALIMED 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL RATIOPHARM 30mg/400mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL RPG 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL SANDOZ 30mg/400mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL TEVA 30 mg/400 mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DEXTROPROPOXYPHENE PARACETAMOL ZYDUS 30mg/400mg gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DI DOLKO 30 mg/400 mg gél Gé : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DIADUPSAN gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DIALGIREX gél Gé : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DI-ANTALVIC gél : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
DIOALGO gél Gé : dextropropoxyphène chlorhydrate ; paracétamol
EFFERALGAN CODEINE cp efferv séc : codéine phosphate ; paracétamol
GAOSEDAL CODEINE cp : codéine phosphate ; paracétamol
GELUMALINE gél : belladone poudre ; caféine anhydre ; codéine ; paracétamol
IXPRIM 37,5 mg/325 mg cp pelliculé : tramadol chlorhydrate ; paracétamol
KLIPAL CODEINE 300 mg/25 mg cp : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
KLIPAL CODEINE 600 mg/50 mg cp : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
LINDILANE 400 mg/25 mg cp : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
MIGRALGINE gél : caféine ; codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
MIGRALGINE sol buv : caféine ; codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
NOVACETOL cp : acide acétylsalicylique ; codéine chlorhydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE ARROW 400 mg/20 mg cp séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE ARROW 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE BIOGARAN 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE EG 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE G GAM 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE GNR 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE GNR cp séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE MERCK 500mg/30mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PARACETAMOL CODEINE TEVA 500 mg/30 mg cp efferv séc : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PRONTALGINE cp : caféine anhydre ; codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
PROPOFAN cp : caféine ; dextropropoxyphène ; paracétamol
SALGYDAL A LA NORAMIDOPYRINE cp : codéine phosphate hémihydrate ; métamizole sodique ; paracétamol
SALGYDAL A LA NORAMIDOPYRINE suppos Ad : codéine phosphate hémihydrate ; métamizole sodique ; paracétamol
SEDARENE gél : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
SUPADOL cp pelliculé : codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol
SUPPOMALINE suppos : belladone poudre ; caféine ; codéine phosphate hémihydrate ; paracétamol

Comité éditorial

Ont rédigé la lettre En Substance :

* Professeur M. Plotkine, professeur de pharmacologie à la Faculté de Pharmacie PARIS V.
* Professeur J.-C. Trinchet, professeur d'hépatogastroentérologie, Université PARIS XIII.
* Professeur V. Danel, médecin, praticien hospitalier, professeur de Toxicologie à l'UFR de Pharmacie, responsable du Centre de Toxicovigilance au CHU de Grenoble.

Avec le concours de :

* Professeur E. Autret-Leca, pharmacologue pédiatre, professeur de pharmacologie à l'Université François- Rabelais de Tours.
* Professeur A. Baumelou, praticien hospitalier, professeur de néphrologie à l'Université Paris-VI.
* Professeur C. Caulin, praticien hospitalier, professeur de thérapeutique à l'Université Paris VII.
* Docteur D. Dupagne, médecin généraliste.
* Docteur B. Lebrun-Vignes, praticien hospitalier, responsable du Centre de Pharmacovigilance de la Pitié-Salpêtrière.
* Docteur Y. Puš, médecin généraliste

Et la participation de l'équipe VIDAL :

* J. Cao, pharmacien
* D. Planchat, pharmacien
* E. Serrot, pharmacien

* Coordination de la lettre : Docteur C. Bérard-German, sous la direction du Docteur J.-F. Forget, directeur scientifique.

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
#1 | La Pharmacienne le décembre 04 2010 09:28:17
Excellent article, j'ai vraiment besoin. Merci
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png