Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
planche prothése 5
planche prothése 5
Parodontologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 175

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les obèses, à haut risque de syndrome coronaire aigu précoce
Définition :

L'obésité est l'état d'une personne possédant une masse adipeuse plus importante que la moyenne des individus. Cet excès de masse est réparti de façon généralisée dans les diverses zones grasses de l'organisme.

L'obésité a été reconnue comme une maladie en 1997 par l'OMS. Cet organisation définit « le surpoids et l'obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Sa prévention est un problème de santé publique dans les pays développés. Elle peut avoir des répercussions importantes sur la santé de l'individu.

Cette maladie multifactorielle est considérée aujourd'hui par abus de langage comme une pandémie, bien qu'il ne s'agisse pas d'une maladie infectieuse.

L'indice de masse corporelle

Le principal indicateur de mesure utilisé est l'indice de masse corporelle (IMC). Il tient compte de la morphologie de l'individu même s'il peut être exceptionnellement biaisé dans le cas de sportifs avec une masse musculaire très importante.

Pour les adultes, l'indice de masse corporelle est égal à la masse (exprimée en kilogrammes) divisée par le carré de la taille de la personne (en mètres) :



exemple : 75kg / (1,75m)² = 75kg / 3.0625m² = 24,49 (le résultat est en kg/m², mais la plupart du temps, on n'écrit pas l'unité)

* Un IMC entre 18,5 et 25 est considéré comme normal chez un adulte.
* Entre 25 à 30, on parle de surpoids (surcharge pondérale).
* Au-delà de 30, on parle d'obésité.
* De 35 à 40, on parle d'obésité sévère et, au-delà de 40, d'obésité morbide.

Il ne faut pas confondre cela dit l'I.M.C avec l'indice de masse graisseuse, qui lui ne prend pas mesure de la proportionnalité entre taille et poids mais simplement du taux de graisse et de muscle contenu dans le corps de l'individu.

On peut le calculer grâce à une balance spécifique à impédancemétrie ou bien par un calcul assez complexe basé sur les diamètres des bras, avant-bras, cuisses, fessiers et hanches. Un taux normal de graisse se situe entre 17 et 22 %. Toutefois, l'I.M.C. présente une variation non négligeable à l'échelle planétaire. La norme de l'I.M.C. se base principalement sur une population de type européen. Cet indice n'est donc pas applicable à d'autres types de population. Les asiatiques, les africains ou encore les océaniens présentent des indices de masse corporelle différents de ceux des populations européennes.

On sait également aujourd'hui que l'I.M.C. n'est qu'un outil de mesure du rapport poids/taille et n'est pas suffisant pour évaluer un risque de morbidité chez la personne obèse.

Le processus physiologique

L'obésité résulte souvent d'un déséquilibre entre :

* l'apport énergétique quotidien (ou AET : apport énergétique total, somme des calories[16]) apportées par l'alimentation :
o les glucides (sucres lents ou rapides, à index glycémique plus ou moins élevé) : saccharose, glucose, fructose, etc. ;
o les lipides (acides gras) trouvés dans les huiles végétales et graisses animales notamment ;
o et les protéines, végétales (algues, lentilles par exemple) ou animales (viande, poisson).
* et la somme des dépenses énergétiques :
o échange de chaleur avec l'environnement (thermorégulation), d'autant plus important que la température extérieure est faible ;
o énergie nécessaire au fonctionnement de l'organisme (digestion p. ex.). Le cerveau à lui seul consomme environ 20% de l'énergie totale ;
o efforts physiques : marche, sport, activités physiques de toute sorte.

Quand l'organisme reçoit plus qu'il ne dépense, il stocke une partie de l'apport, sous forme de graisses dans le tissu adipeux. Cependant le métabolisme, très différent selon les individus, joue un rôle important, et certaines personnes vont donc plus facilement devenir obèses que d'autres (facteurs génétiques notamment).

Y a-t-il un lien entre obésité et événements coronariens précoces ?

Afin de tenter de répondre à cette question, une équipe américaine a revu de manière rétrospective les données de plus de 100 000 patients inclus dans le registre CRUSADE (n : 111 847).

Il s’agissait de patients ayant tous fait un syndrome coronaire aigu (SCA) sans sus décalage du segment ST.

Il a été recherché une relation entre index de masse corporelle (IMC) et âge des malades au moment de leur premier SCA.

L’âge moyen au moment du premier SCA était de 74,16 +/- 14,3 ans chez les sujets les plus minces (IMC x04; 18,5 kg/m2) et de 58,7 +/- 12,5 ans chez les patients les plus gros (IMC > 40) ; p < 0,0001.

Après ajustement sur les données démographiques, les facteurs de risque cardiovasculaires habituels et les traitements, il ressort que l’âge au moment du premier SCA est fortement corrélé au degré d’adiposité (p < 0,0001).

Par rapport aux patients de poids idéal (IMC entre 18,6 et 25 kg/m2), ceux ayant un IMC > 40 kg/m2 ont fait leur premier SCA en moyenne 12 années plus tôt.

L’âge moyen au moment du SCA était avancé respectivement de 9,4, 6,8 et 3,5 années pour les patients ayant un IMC entre 35,1 et 40, entre 30,1 et 35 et entre 25,1 et 30).

L’étude de ce registre indique donc que les patients sont d’autant plus jeunes au moment de leur premier SCA ST – qu’ils ont un IMC élevé. L’excès de poids serait donc un puissant marqueur de risque de syndrome coronaire aigu précoce. En toute rigueur, cette conclusion n’est valable que pour les SCA ST –.

Il reste à savoir si la perte de poids prévient, ou du moins retarde, les événements coronariens aigus.



Référence :

- Wikipédia : Encyclopédie libre

- Dr Olivier Meillard

Madala MC et al for the CRUSADE investigators. Obesity and age of first non-ST segment elevation myocardial infarction. J Am Coll Cardiol 2008;52:979-85


purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
#1 | La Pharmacienne le décembre 18 2008 17:11:25
Bravo ayama Cool pour ton premier article.. Fière de toi, bonne entrée Smile
#2 | La Pharmacienne le décembre 18 2008 17:12:52
Bravo ayama Cool pour ton premier article.. Fière de toi, bonne entrée Smile
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png