Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    mercredi 11. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Syndrome du biberon
Syndrome du biberon
Pathologie et chirurgie buccale
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 147

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les suppurations intracrâniennes
1-Généralités

On regroupe sous la dénomination de suppurations intracrâniennes les abcès du cerveau et les empyèmes sous duraux.
Les abcès du cerveau se définissent comme une collection purulente d’origine infectieuse qui se développe dans le parenchyme cérébral.
Les empyèmes sous duraux sont des collections de pus situées entre la dure mère et l’arachnoïde.

Ces deux pathologies sont réputées d’être sévères responsable, dans un temps passé ,d’une mortalité et d’une morbidité non négligeables du fait de la résistance du germe au traitement médical en l’absence de tout diagnostic bactériologique préalable.

2-Pathogénie :

L’abcès du cerveau peut avoir une origine multiple, à savoir :

-Abcès secondaire à une infection de voisinage (otite, sinusite).
-Abcès post traumatique : traumatisme crânien avec effraction des sinus de la face et /ou les cavités pneumatiques de la base du crâne :les Rochers, les sinus ethmoïdal et sphénoïdal)
-Abcès métastatique dû à une infection à distance (endocardite-shunt droit gauche-tétralogie de fallop).
- Abcès sans cause décelable.

Quant aux empyèmes ; leur principal facteur étiologique est l’infection de voisinage, mais ils sont fréquemment rencontrés dans les post traumatismes (plaies crâniocérébrales), ainsi qu’en post craniotomie.


3-Anatomopathologie

Les données classiques demeurent en règle valable quelque soit l’origine ou la bactériologie.
Pour les abcès ; on leur décrit dans tous les cas des différents stades.

Stade I : la forme d’encéphalite aigue pré suppurative.
Il n’existe pas de collection purulente, les examens complémentaires orientent vers une encéphalite, cette forme peut évoluer vers la constitution d’un abcès ou vers l’encéphalite type nécrosante.
Stade II : abcès diffus non collecté
Dans ce cas, le parenchyme est ramolli, l’ inflammatoire forme en son sein de multiples petites cavités nécrotiques parfois purulente avec des suffusions hémorragiques.
Stade III : l’abcès collecté
Unique ou multiple, occupant une cavité à paroi régulière
La durée de l’évolution est variable le plus souvent se fait en espace de 04 semaines

4-Bactériologie

Tous les germes sont susceptibles d’être à l’origine de ces suppurations intracrâniennes mais les plus fréquents sont les streptocoques, les staphylocoques et les pneumocoques, néanmoins, l’association de plusieurs germes n’est pas rare.
Depuis que la fréquence des immunodéprimés a augmenté, on note la recrudescence des germes anaérobies, ainsi que les germes nosocomiaux.

Notre expérience ( dans quel hôpital . ? ) nous a permis, de diagnostiquer et traiter une vingtaine de patients lors ces deux derniers années présentant des abcès cérébraux et des empyèmes, chez qui les études cytobactériologiques ont retrouvé :

Abcès :à streptocoque dans 60% des cas
à staphylocoque dans 30% des cas
à germes anaérobies dans 10 des cas

empyèmes: à germes anaérobies dans 60% des cas
à streptocoque dans 30% des cas
un seul cas d’empyème de cause fongique dû à un Actinomyce gram négatif.

5-Topographie

Toute les régions de l’encéphale peuvent être le siège d’un abcès et peuvent être unique (une seule poche), multiloculaires (plusieurs poches) ou abcès multiples.
Le plus souvent de siège sous cortical peu profond.
Le lobe temporal est la localisation la plus fréquente ainsi que les hémisphères cérébelleux du fait de la continuité avec le conduit auditif externe et la mastoïde.
Le lobe frontal est une localisation assez fréquente du fait de son voisinage avec le sinus frontal.
Les abcès métastatiques sont souvent profonds et de siège para ventriculaire.

6-Clinique

Le diagnostic de suppuration intracrânienne n’est pas aisé, on est souvent confronté à des formes trompeuses que seules les examens complémentaires permettent de confirmer le diagnostique.
-La clinique dépend avant tout du siège et de l’étendue de la lésion
-Le mode de début : très variable, peut être révélé par :
Des céphalées fréquentes.
Syndrome méningé dans un contexte fébrile.
Crise comitiale bravais – jacksoniènne ou généralisée.
Déficit moteur focalisé.
Syndrome d’hypertension intracrânienne.
Coma d’emblé, le plus souvent dû a la rupture d’un abcès profond dans les cavités ventriculaires.

L’apparition de signe neurologique progressive en l’absence d’un syndrome infectieux, oriente vers les formes pseudo-tumorales.
Au stade d’abcès constitué : la clinique est marquée par une triade classique:

-Hypertension intracrânienne : céphalées , vomissement en jet , œdème papillaire au fond d’œil
-Syndrome infectieux.
-Signes neurologiques de focalisation.

7-Evolution

En absence de traitement, les abcès se développe comme de véritables processus intracrâniens qui évoluent vers l’aggravation et finissent par entrainer en absence du traitement adéquat ,le décès par un l’engagement amygdalien ou temporal.

8-Exploration

l’exploration des suppurations repose essentiellement sur l’imagerie à savoir la tomodensitométrie et l’imagerie par résonnance magnétique qui permet de poser le diagnostique même dans les stades les plus précoces .
cette avancée technologique permet une prise en charge thérapeutique efficace et adéquate

9-Traitement

Le traitement des suppurations intracrâniennes repose sur deux volets :
- volet médical
- volet chirurgical
Actuellement certains infectiologues contestent la nécessité du traitement chirurgical néanmoins lorsque le germe est résistant à l’antibiotique et lorsque le pronostic vital est mis en jeu.

Le traitement médical des suppurations intracrâniennes est en fonction de l’isolement du germe responsable .

Le temps pré-diagnostic bactériologique , le traitement est entamé immédiatement après chirurgie en attente du résultat bactériologique, associe en général une double, voir parfois une triple antibiothérapie à savoir:
Ampicilline :remplacée actuellement par une céphalosporine .
Gentamycine .
Flagyl : vu la fréquence élevée des germes anaérobies,

Le second temps après identification du germe en cause, on adapte le traitement antibiotique selon l’antibiogramme et qui comporte souvent des associations avec des antibiotiques qui ciblent le germe.

le traitement chirurgical consiste à une évacuation de l’abcès ou de l’empyème à travers un trou de trépan ou plusieurs , pour diminuer l’effet de masse sur les structures nerveuses et faire les analyses bactériologiques nécessaire afin de réajuster éventuellement le traitement médical en fonction du germe retrouvé.

10-conclusion

Les suppurations intracrâniennes posaient dans le temps d’énormes problèmes diagnostiques et thérapeutiques, mettant en jeu le pronostic vital, mais depuis l’avènement de l’imagerie à savoir la tomodensitométrie cérébrale et l’imagerie par résonnance magnétique, une avancée diagnostique à été réalisée pour coordonner une thérapeutique efficace, réduisant ainsi de manière très significative le taux de complications de cette pathologie.

Auteur : Hailouf Redha
Corrigé par : Dr Guerbouz R
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
#1 | hammar le novembre 26 2011 20:25:39
Merci pour votre partage,mais il vous manque la bibliographie.
#2 | Guerbouz le novembre 26 2011 20:37:28
salut , un très bon travail, mais dans le cadre du partage , je tiens a préciser un tout petit détail chirurgical, évacuer le pus en totalité est l'objectif principal de la chirurgie d’où l’intérêt du lavage itératif au sérum physiologique et / ou de l'Amikacine sans crainte d'aucun saignement du moment ou la coque généralement est épaisse et elle mettra généralement plusieurs mois avant de disparaitre complètement et on parle de nettoyage radiologique qui est en retrait par apport àla guérison clinique. merci
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png