Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 288

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Dépistage du cancer du sein: un exercice peu populaire
Actualités médicales
Le programme de dépistage du cancer du sein n'est pas encore très populaire au Québec. Seulement 54% des Québécoises de 50 à 79 ans participent à l'exercice, alors que l'objectif du gouvernement était d'atteindre 70%. Et la gestion du programme est si complexe qu'il est impossible d'en déterminer les coûts.

Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) a été créé en 1998. Depuis, chaque Québécoise qui atteint 50 ans reçoit une invitation postale à subir sa première mammographie.

Pour participer au programme de dépistage, les femmes doivent se rendre dans l'un des 88 centres de dépistage du Québec. L'attente avant d'obtenir un rendez-vous varie grandement d'un établissement à l'autre. À Montréal, elle peut être de 15 jours à 28 semaines, a-t-on appris hier, lors de la Conférence nationale pour vaincre le cancer.

Mais seulement la moitié des Québécoises de 50 ans à 79 ans prennent part au programme de dépistage. Un chiffre nettement insuffisant selon la Coalition priorité Cancer au Québec.

Le médecin-conseil en dépistage à la direction nationale de la santé publique du Québec, le Dr Guy Roy, affirme que le Québec «a l'un des meilleurs taux de participation en Amérique du Nord». «Il serait très difficile de le dépasser», dit-il.

Certaines régions présentent de très bons taux de participation. C'est le cas du Nord-du-Québec (73%) et de l'Estrie (64%).

Faible participation à Montréal

Mais de toutes les régions, c'est à Montréal que la participation est la plus faible, soit 42%. Selon le Dr Roy, plusieurs raisons expliquent cette situation. «Il y a beaucoup de communautés culturelles qui sont plus difficiles à rejoindre. Par exemple, certaines communautés ont l'habitude d'aller dans des centres qui ne font pas partie du programme. Donc, elles ne font pas partie des statistiques», explique-t-il.

Par exemple, les femmes d'origine italienne qui subissent leurs mammographies à l'hôpital Santa Cabrini ne font pas partie du PQDCS, car cet établissement n'est pas un centre désigné.

Pour éviter les longs délais d'attente, certaines femmes préfèrent aussi subir une mammographie dans une clinique privée. Elles ne font pas non plus partie des statistiques. «En tout, on estime qu'environ 65% des Québécoises de 50 à 79 ans pourrait donc réellement faire du dépistage», évalue la coordonnatrice du PQDCS, Johanne Albert.

Pour s'assurer qu'un nombre maximal de mammographies soient effectuées dans les centres de dépistage, le gouvernement a déterminé que chaque radiologiste doit réaliser au moins 500 tests par année. En Europe, les cibles sont beaucoup plus ambitieuses reconnaît le Dr Roy. Par exemple, l'Angleterre fixe la limite à 5000 mammographies par année par médecin.

«Ce serait irréaliste pour nous de faire ça. En région, les radiologistes ne pourraient pas atteindre cette cible», justifie Mme Albert.

Du technicien au radiologiste, des milliers d'intervenants participent au programme de dépistage du cancer du sein au Québec. La gestion du projet est si complexe, qu'il est impossible d'en chiffrer le coût. «Nous n'avons pas un budget global. Chaque région gère avec son enveloppe. Et les actes médicaux posés sont facturés à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ). C'est difficile de déterminer les coûts totaux», reconnaît Mme Albert.

La dernière étude sur le sujet remonte à 2002. Cette année-là, on avait déterminé que le programme de dépistage du cancer du sein coûtait 20 millions annuellement.

Source: cyperpresse

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png