Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Stade blastocyste
Stade blastocyste
Histologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 328

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Le corps abrite des millions de gènes encore inconnus
Actualités médicales
Les laboratoires de séquençage ont commencé à dresser le catalogue des gènes de toutes les bactéries présentes dans l'organisme humain.

Après le génome humain au début des années 2000, les plus gros laboratoires de séquençage de la planète ont commencé à dresser le catalogue des gènes de toutes les bactéries présentes dans l'organisme hu­main. Ce travail énorme devrait permettre de connaître le rôle que ces milliards de micro-organismes jouent dans la santé ou le développement de certaines maladies.

C'est ainsi, par exemple, qu'une meilleure connaissance de ce qu'on appelle communément la flore intestinale pourrait déboucher sur de nouvelles stratégies thérapeutiques privilégiant notamment la prévention par le biais de la nutrition. Le défi est considérable. On estime, en effet, que le nombre de bactéries qu'un individu héberge dans sa bouche, sa peau, son estomac et ses intestins est dix à cent fois plus important que ses propres cellules. «L'homme est, selon l'estimation la plus basse, constitué à 90 % de bactéries», indique La Recherche en mai 2009. Les perspectives thérapeutiques sont réelles, notamment en matière d'obésité : une expérience récente a montré qu'on pouvait faire grossir des souris rien qu'en leur implantant des bactéries présentes à l'intérieur de l'intestin de souris obèses.


La plupart de ces micro-organismes sont encore inconnus à ce jour parce qu'il est impossible de les cultiver en laboratoire et donc de les étudier. En effet, ils sont anaérobies et meurent dès qu'ils sont en présence d'oxygène. C'est le cas notamment de beaucoup de bactéries de l'intestin relâchées dans les selles.

Métagénomique

Mais depuis quelques années, la génétique permet de contourner cette difficulté. Au lieu de chercher à identifier les espèces microbiennes, les scientifiques ont la possibilité de connaître les fonctions de gènes inconnus en les clonant et ils peuvent aussi dresser en vrac un inventaire des séquences génétiques des micro-organismes présents. C'est ce qu'on appelle la métagénomique.

Notre vision de l'homme mais aussi du monde vivant qui sortira de ces catalogues pourrait changer. Les projets ne se limitent pas à l'homme. Dernièrement, le Génoscope a décidé de séquencer le génome d'un échantillon des espèces bactériennes présentes dans les bassins de la station d'épuration d'Evry. «On connaît encore peut-être moins de 1 % de tous les microbes», confiait récemment au Figaro Jean Weissenbach, responsable du Centre national du séquençage d'Evry.

Pour caractériser ce qu'on appelle dans le jargon scientifique le microbiome humain et comprendre son rôle et son action, les scientifiques se sont rassemblés au sein de quelques grands programmes internationaux. Le projet MetaHIT européen s'est focalisé sur les microbes intestinaux tandis que les Américains ont choisi de s'intéresser à tous les organes où les bactéries sont omniprésentes : la bouche, l'estomac, la peau, le vagin. Le projet français baptisé MicroObes étudie le lien entre l'obésité, l'alimentation et les bactéries intestinales. En octobre 2008, l'ensemble des programmes lancés dans le monde se sont fédérés en une entité : le con­sortium international du microbiome humain (IHMC). Moins médiatisé que le programme de décryptage du génome humain, les retombées de l'IHMC ne de­vraient pourtant pas se faire attendre.


lefigaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png