Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
anatomie de l'humérus
anatomie de l'humérus
Fiches d'anatomie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 322

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Cancer de la prostate:les urologues veulent un dépistage
Actualités médicales
L'Association française d'urologie demande un programme de dépistage comparable à ce qui est fait pour le sein et le colon. Une position controversée.


Un dépistage organisé du cancer de la prostate pour les hommes de 55 à 69 ans, un dépistage individuel entre 70 et 75 ans, et aucun au-delà de 75 ans. Telles sont les nouvelles préconisations de l'Association française d'urologie, qui organise aujourd'hui la cinquième journée nationale de la prostate. Cette société savante affirme surtout son souhait de parvenir à une position nationale sur la question du dépistage de cette tumeur, qui fait débat depuis des années dans le monde médical.

Les cancers de la prostate, les plus fréquents de tous les cancers en France, concernent désormais 65 000 hommes chaque année, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS). Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 8,5 % par an entre 2000 et 2005, précise l'InVS, «par l'effet combiné du vieillissement de la population, de l'amélioration des moyens diagnostiques et de la diffusion de la technique de dépistage par PSA (antigène prostatique spécifique, NDLR)» . Ces tumeurs sont au deuxième rang de la mortalité par cancer chez l'homme sur le territoire avec 9 000 décès par an, mais leur pronostic s'améliore.

En 2003, l'Association française d'urologie (AFU) a proposé un dépistage annuel - par toucher rectal et dosage sanguin du PSA - pour les hommes de 50 à 75 ans. L'appel a été largement entendu : environ 90 % des médecins généralistes prescrivent régulièrement des tests sanguins par PSA, dont 2,7 millions sont pratiqués chaque année en dépistage. Au grand dam d'autres spécialistes, épidémiologistes notamment, qui estiment que le bénéfice de santé publique d'un tel dépistage n'est pas établi : il ne permet pas de diminuer la mortalité et conduit à des traitements lourds avec risques de séquelles gênantes (troubles de l'érection, fuites urinaires). De son côté, la Haute Autorité de santé (HAS) n'a pas jusqu'ici recommandé de dépistage organisé de ce cancer comparable à ceux du sein et du colon.

Des essais cliniques très attendus

Pour les urologues, la donne a clairement changé avec la publication en mars dernier d'essais cliniques très attendus dans le New England Journal of Medicine (NEJM). «Avec un recul de neuf ans, une étude européenne portant sur 160 000 personnes montre qu'un dépistage tous les quatre ans diminue de 20 % la mortalité par cancer de la prostate chez les 55-69 ans, indique le Pr Pascal Rischmann, président de l'AFU. La baisse de mortalité atteint même 30 % lorsque l'on affine ces résultats en les toilettant.» Dans le même numéro, le NEJM publie une étude américaine incluant 76 000 hommes ne démontrant, elle, aucun effet favorable sur la mortalité. Mais selon le Pr Rischmann, sa méthodologie n'est guère solide, la population témoin se faisant malgré tout dépister par le PSA.

«Cela faisait des années qu'on nous demandait une preuve scientifique, la voilà», estime le président de l'AFU. Et ce n'est pas le seul argument. «Tous les pays d'Europe qui ont adopté une politique volontariste de dépistage du cancer de la prostate ont des résultats probants en terme de mortalité», ajoute-t-il. Se fondant sur ces résultats, l'AFU propose aux autorités sanitaires d'organiser un dépistage pour les 55-69 ans, tous les trois ans (ou annuel si le PSA est élevé). L'association se prononce aussi pour un suivi plus précoce (à partir de 45 ans) dans les groupes à risque : antécédents familiaux, origine antillaise ou africaine. Elle préconise en revanche des tests individuels, au cas par cas, pour les 70-75 ans, et une abstention au-delà.

Pour le Pr Marc Zerbib, urologue à l'hôpital Cochin (Paris), toutes les données convergent vers une telle stratégie. «Le dépistage est d'autant plus justifié que des traitements localisés, de moins en moins agressifs, sont en train d'arriver.» Ces arguments vont-ils être entendus au-delà des urologues ? Dans son rapport pour le plan cancer 2009-2013, rendu en février dernier au président de la République, le Pr Jean-Pierre Grünfeld recommandait de prendre une position nationale sur la question du dépistage du cancer de la prostate «dès la publication de l'étude européenne», publiée dans le NEJM.

La Haute Autorité de santé et l'Institut national du cancer, qui ont nommé un groupe de travail, doivent rendre des conclusions communes courant 2010. Les opposants au dépistage, eux, campent sur leurs positions. «Les études publiées dans le New England comportent de nombreux biais, et ce ne sont que des résultats intermédiaires», souligne Dominique Dupagne, généraliste à Paris, à l'origine d'un collectif demandant un moratoire sur le dépistage du cancer de prostate, signé par 200 médecins. Un avis partagé par le Pr Gérard Dubois, professeur de santé publique (Amiens), qui était déjà monté au créneau sur le sujet il y a deux ans. «Tous les organismes de référence réfléchissent à ces questions, mais il y a clairement un manque d'enthousiasme. Surtout, contrairement à ce que voudraient faire croire les urologues, ces nouvelles publications ne permettent pas de trancher le débat.»
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
#1 | M Benatta le septembre 25 2009 08:35:29
article trés interessant
30% de mortalité réduite grace au dépistage
que veut le peuple?
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png