Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 340

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Cancer de la prostate : les limites du dépistage
Actualités médicalesLa mortalité par cancer de la prostate a baissé mais le nombre de nouveaux cas a triplé avec l'essor du dépistage par dosage du PSA.


Entre 1990 et 2006, la mortalité par cancer de la prostate a baissé de 2,1% par an, mais le nombre de nouveaux cas a triplé avec l'essor du dépistage par dosage du PSA, indiquent les récentes statistiques de l'Institut de veille sanitaire. «Il est impossible de dire aujourd'hui si ce dépistage a créé une épidémie de diagnostics inutiles ou s'il a contribué à la diminution de la mortalité», ajoute ce rapport.


En mars 2009, l'étude européenne ERSPC, publiée dans le «New England Journal of Medicine», montre une baisse de 30% du risque de mourir du cancer de la prostate chez les hommes dépistés par le PSA, mais indique aussi qu'il faut, pour chaque décès évité, dépister 1 410 hommes et en traiter 48. D'où l'éditorial du NEJM: «Ce bénéfice a un coût: le surdiagnostic et le surtraitement… la question clé n'est pas si le dépistage par le PSA est efficace, mais plutôt s'il fait plus de bien que de mal.» L'étude ERSPC évalue ce surdiagnostic (le dépistage d'un cancer qui n'aurait eu aucun effet nocif, entraînant un surtraitement) à environ 50%.


«A priori, les gens voient le dépistage comme forcément positif. Mais il n'est licite que s'il a démontré son efficacité et si ses effets bénéfiques surpassent ses effets délétères, comme dans le dépistage du cancer colorectal et du cancer du sein. Ce n'est pas le cas pour celui du cancer de la prostate, qui est pourtant le plus prescrit», ajoute le Pr Guy Launoy, expert en santé publique. «On ne dépiste pas pour voir, on dépiste pour traiter. Et parce que la maladie se développe extrêmement lentement, il y aura toujours un fort risque de surdiagnostic, donc de surtraitement.»


La Haute Autorité de santé ne recommande pas le dépistage organisé et devrait bientôt préciser sa position à la lumière de l'étude ERSPC et de l'étude américaine PCLO. Il est assez peu probable qu'elle change.



«Éviter les surtraitements, mais aussi les morts»

L'association française des urologues souhaiterait un dépistage organisé, c'est-à-dire encouragé par les autorités de santé, pour les groupes à risque (origine africaine ou antillaise, ou cancers de la prostate dans la famille) de 45 à 54 ans, et de 55 à 69 ans un dépistage organisé annuel ou triannuel selon que le taux de PSA dépasse ou non 1 ng/ml. De 70 à 75 ans, le dépistage serait un choix individuel, qui n'est plus recommandé après 75 ans. «C'est une position déraisonnable», estime le Pr Launoy. «Il faut proscrire ce dépistage pour les gens qui n'ont pas un risque élevé et développer la recherche pour encore mieux définir ces groupes à risque.»


Pour le Pr Olivier Cussenot, «c'est le bon sens qui doit primer. Il faut éviter les 10 000 surtraitements annuels mais aussi les 10 000 morts par an, grâce au dépistage. On pourra ainsi détecter à temps des petits cancers qui évoluent lentement, dont une bonne part ne nécessite pas de traitement mais juste une surveillance active, et ne traiter que les autres. Il faut informer le public sur le dépistage, même si le PSA n'est pas parfait, en expliquant que c'est un facteur de risque. Et avancer ce dosage à 40-45 ans, où le PSA a une vraie valeur prédictive du risque de cancer dans les vingt ans qui suivent, plutôt que le prescrire à 65 ans, l'âge moyen actuel, où il n'est pas certain qu'un traitement apporte un bénéfice».


Le Figaro
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png