Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 206

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Le stress vécu pendant l’enfance modifie le cerveau
Actualités médicalesUn manque d'amour maternel pourrait développer un stress imprimé dans les gènes et déréguler le bon fonctionnement du cerveau. Bien que seulement démontrée sur le rat, cette découverte pourrait expliquer les prédispositions de certaines personnes à des maladies neurologiques.


Le stress ou l’anxiété sont des moyens naturels d’alerter l’organisme d’un danger, mais certaines formes chroniques sont pathologiques, au même titre que certaines maladies psychiatriques et neurologiques (comme la schizophrénie ou la maladie de Parkinson). Ces trois maladies sont liées à des dérégulations du fonctionnement du cerveau, le dénominateur commun étant un neurotransmetteur, l’acide aminobutyrique ou GABA.


Comme tous les neurotransmetteurs, il agit au niveau des synapses, la région intermédiaire entre deux neurones. Au lieu d’activer le neurone suivant, la molécule GABA inhibe son excitation : c’est un neurotransmetteur inhibiteur. Certaines molécules dont l’action est similaire à celle du GABA sont donc utilisées comme anxiolytiques ou comme médicaments pour réduire l’activité nerveuse et apaiser le patient.


Mais quelle est l’origine du stress chronique ou de la schizophrénie, et pourquoi certaines personnes sont-elles prédisposées ? D'’après les psychologues, l’enfance laisse des traces indélébiles et façonne les adultes que nous devenons. C’est désormais aussi l’avis des neurologistes. En effet, d’après les travaux d’une équipe de l’université McGill à Montréal, le cerveau enregistre et se construit en fonction des événements qui l’entourent dès les premiers moments de la vie.



Le gène GAD1 est affecté

Pour le prouver, les chercheurs ont utilisé un modèle animal. Différentes femelles rats spécialement élevées ont été sélectionnées pour leur comportement particulier. Certaines avaient un instinct maternel excessivement protecteur envers leur progéniture, alors que d’autres s’occupaient à peine de leurs petits. Les ratons des premières ont donc eu un contact privilégié avec leur mère, alors que les autres ont souffert d’un manque d’affection maternelle.


D'après l'article publié dans The Journal of Neurosciences, l'analyse de l’expression des gènes chez ces ratons a montré que le gène GAD1 est éteint chez ceux ayant manqué d’affection. Ce gène étant nécessaire à la synthèse du neurotransmetteur GABA, le niveau de celui-ci est probablement affecté. À l’inverse, les ratons ayant bénéficié d’un entourage maternel excessif expriment le gène GAD1 en quantités supérieures.


L’extinction du gène est due à un phénomène de modification épigénétique. En plus de l’importance de la séquence d’ADN qui est à l’origine de la production de protéines fonctionnelles, des modifications chimiques sur l’ADN (acétylations, méthylations) vont modifier non pas la séquence mais le niveau d’expression des gènes. Les enzymes qui sont normalement recrutées par l’ADN pour synthétiser l’ARN messager sont perturbées par les modifications, ne reconnaissent plus la séquence et ne travaillent donc plus. Le gène est alors éteint tant que les modifications sont présentes.


Bien que le manque affectif n’ait duré que quelque temps après la naissance, les modifications d’expression du gène GAD1 se conservent jusqu’à l’âge adulte, affectant le fonctionnement du cerveau à long terme. Il s’agit de la première mise en évidence d’un lien entre le manque d’affection maternelle et la variation de l’expression d’un gène connu pour être lié à des maladies humaines majeures.


Futura Sciences
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png