Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Chercheur
Chercheur
Officine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 246

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Dextropropoxyphène, le point sur la toxicité cardiaque
Actualités médicalesAlors que la commission européenne, confirmant l’avis de l’agence européenne du médicament, a demandé en juin dernier le retrait progressif de toutes les autorisations de mise sur le marché des spécialités contenant du dextroproproxyphène (DXP) sur 15 mois, ce n’est qu’à la fin de l’année qu’il est apparu que cette molécule pouvait également induire, en plus des dangers qu’ils lui avaient été imputés, un risque élevé de trouble du rythme cardiaque. Qu’en est-il exactement ?


En fait, le débat fait rage depuis 2009, lorsque à la suite d’une pétition il a été demandé à la FDA (l’agence américaine du médicament) de revoir sa position quant à l’administration du propoxyphène (PXP) médicament similaire au DXP. Ce traitement introduit en 1957 avait déjà été mis sur la sellette par un article de la revue de l’American Journal of Therapeutics de 2006 (1) qui soulignait les risques d’arythmie induits par l’utilisation de ce traitement. Pour y voir plus clair, la FDA a demandé au sponsor du PXP qu’il pratique une étude intensive basée sur la mesure du QT (surnommée « thorough QT study » (2)), étude qui est maintenant demandée quasi systématiquement pour tout nouveau traitement. En effet, plusieurs médicaments dont un antihistaminique, la terfénadine, ont été retirés du marché à la fin des années 1990 parce que leur consommation entraînait une majoration du risque de mort subite secondaire à des torsades de pointes. Il est apparu secondairement que ces dernières étaient essentiellement provoquées par la co-administration d’un inhibiteur enzymatique comme le kétoconazole (un antifongique). Le risque de torsades de pointes étant significativement augmenté en cas d’allongement du QT, il a été décidé que tout nouveau traitement devait prouver son innocuité sur ce plan. Les critères d’évaluation et la méthodologie sont stricts. Sont considérés comme dénués de danger à cet égard les molécules avec lesquelles la majoration maximale du QT corrigé n’excède pas 5 ms. Par contre, un médicament pour lequel l’allongement du QT excède 20 ms est dit à très haut risque. En pratique, une telle molécule n’a de chance d’être commercialisée que si elle est irremplaçable et destinée à des patients atteints de pathologies incurables. Elle ne sera alors probablement acceptée que sous réserve de conditions d’utilisation draconiennes.


En ce qui concerne le PXP, on apprend, que du fait de sa mise très ancienne sur le marché, les études préalables avaient été très limitées et notamment qu’il n’existait pas d’études de surdosage. Ce type d’étude progressive de phase I permet de déterminer la dose maximale tolérée d’un médicament. Aussi, avant de demander une étude intensive de l’effet du traitement sur la repolarisation, qui nécessite l’administration d’une dose excédant plusieurs fois la dose thérapeutique, la FDA a demandé au sponsor de pratiquer une étude d’augmentation de dose. Cette étude (3) a rapidement tourné court, puisque à la dose de 600 mg jour (dose thérapeutique maximale), a été constaté une augmentation du QTcF de près de 30 ms et à une fois et demi cette dose, la majoration maximale moyenne a été de 38,2 ms, toutes observations qui ont conduit à l’arrêt l’étude.


En conclusion, il apparaît que le DXP serait susceptible d’induire des torsades de pointe chez des patients à risque, à savoir des patients porteurs d’un syndrome du QT long congénital, pas toujours détectés au moment de la prise du traitement, ou bien des patients prenant des traitements susceptibles d’allonger le QT de façon concomitante (antiarythmiques notamment). A la suite de cette étude, les autorités des deux côtés de l’atlantique ont donc réaffirmé leur recommandation d’arrêt de la prescription de la molécule.


1. Barkin RL et coll. Propoxyphene (dextropropoxyphene): a critical review of a weak opioid analgesic that should remain in antiquity. Am J Ther. 2006 13(6):534-42

2. Tyl B et coll. EPC 2008 http://www.samedanltd.com/magazine/11/issue/89/article/2012

JIM
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png