Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Herpès cornéen (2)
Herpès cornéen (2)
Ophtalmologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 218

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
L'alimentation «light» mise en cause
Actualités médicalesDe nouvelles directives européennes adoptées le 6 juillet 2011 imposent un étiquetage très précis pour tous les produits agro-alimentaires.

Peut-on faire confiance au nombre de calories affichées sur les emballages alimentaires? Pas aveuglément si l'on en croit une étude américaine menée dans quarante fast-foods et restaurants. Outre-Atlantique, où l'obésité atteint désormais un habitant sur trois, les restaurants de certains États comme le Massachusetts affichent la quantité énergétique totale des plats qu'ils proposent, en accord avec le plan national de lutte contre l'obésité. Une initiative intéressante a priori, sous réserve d'une réelle transparence.

Pour la vérifier, des chercheurs de l'université Tufts de Boston ont mesuré le niveau calorique des pizzas, sandwichs, soupes et autres plats servis dans des chaînes de restauration. Leurs résultats, publiés le 19 juillet dans The Journal of the American Medical Association, laissent songeur. En moyenne, le nombre de calories mentionné à l'intention du consommateur ne s'écarte que de seulement 10 calories de la valeur réelle, «ce qui est assez précis» selon les auteurs. Cependant, pour environ 20% des aliments, la teneur énergétique est nettement sous-estimée, d'au moins 100 calories (et jusqu'à 1000) par portion. «Le plus regrettable est que les écarts concernent surtout les menus “basses calories”», souligne l'un des chercheurs.

Cette enquête montre donc qu'une vigilance sera nécessaire lorsque les annonces nutritionnelles deviendront obligatoires en France. Jusqu'ici, elles étaient facultatives sauf en cas d'allégation santé. Mais en vertu de nouvelles directives adoptées le 6 juillet 2011 par le Parlement européen, la valeur énergétique totale ainsi que les quantités de graisses, de graisses saturées, de sucres, de protéines et de sel devront bientôt être clairement visibles. Finis les caractères trop petits et les informations peu claires. Les renseignements devront figurer ensemble «dans le même champ de vision» sur l'emballage des produits alimentaires.

Actuellement, les contrôles de l'étiquetage nutritionnel sont sous la responsabilité du Service commun des laboratoires (fusion des laboratoires de la DGCCRF et de la Direction générale des douanes et des droits indirects) basé à Strasbourg. Les analyses sont effectuées soit lors de prélèvements aléatoires de produits emballés en supermarché, soit dans le cadre d'une enquête systématique. Sont étudiés en particulier les substituts de repas, les «encas» hypocaloriques, les produits hyperprotéinés, et l'alimentation infantile (petits pots, poudre nourrisson). L'étiquetage nutritionnel peut être classé «conforme» ou simplement «à surveiller», mais néanmoins ne pas correspondre aux critères alimentaires annoncés. Quant aux sanctions pour le fabricant, elles vont du simple rappel au contentieux en cas de récidive.

Les nouvelles règles devront s'appliquer dans les trois ans, et deux années supplémentaires sont accordées à l'industrie agroalimentaire pour s'adapter. D'aucuns regrettent déjà que ces obligations concernent le dos et non l'avant des emballages; et que des méthodes plus simples n'aient pas été mises en place: un signalement vert, orange et rouge comme les feux tricolores donnant les niveaux élevé, moyen ou faible, de teneur en sucres et graisses. Reste à savoir quel sera l'impact d'un tel étiquetage sur les habitudes nutritionnelles, et à terme dans la lutte contre l'obésité.

lefigaro.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png