Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
types de fractures
types de fractures
Traumatologie - Orthopédie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 285

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Appendicite : les antibiotiques pourraient remplacer l'opération
Actualités médicalesLes jolies cicatrices rappelant l'ablation de l'appendicite sont de moins en moins fréquentes sur les ventres des français, en raison de la diminution du recours à l'ablation de l'appendice, ou appendicectomie. Quand cela est possible, elle est à présent remplacée par la cœlioscopie - à ne pas confondre avec la coloscopie - qui est une opération ne nécessitant pas l'ouverture de l'abdomen.




Le diagnostic s'est par ailleurs beaucoup amélioré grâce aux progrès de l'imagerie médicale, échographie et scanner en premier lieu. C'est ainsi qu'on enlève aujourd'hui trois fois moins d'appendices qu'à la fin des années 1980, époque où cette opération était la plus fréquente de toutes les interventions chirurgicales du pays. La France a maintenant rejoint la moyenne de ses voisins européens.

Une autre évolution récente pourrait encore faire baisser le nombre annuel d'opérations, qui s'est élevé à 83 400 en 2014. Il s'agit du mouvement vers l'antibiothérapie, phénomène qui touche plusieurs spécialités médicales y compris la recherche autour des affections de l'appendice.

Les promesses des antibiotiques

L'appendicite est soit une inflammation, soit une infection du petit sac qui ferme notre gros intestin. Un amas de bactéries se forme, la plupart du temps à partir d'un bouchon constitué de matière fécale ou de virus, ou encore d'une tumeur, de parasites, ou d'autres causes dont toutes ne sont pas encore connues. Les substances antibiotiques permettant soit de détruire soit de limiter la propagation des bactéries, elles suscitent l'intérêt d'un nombre croissant de chercheurs dans le traitement de l'appendicite. Elles ont déjà fait leurs preuves dans plusieurs cas de complications, en prouvant leur capacité à limiter les effets d'infections, à retarder l'opération et à réduire les risques liés à celle-ci.

L'étape suivante serait de remplacer purement et simplement l'ablation par la prise d'antibiotiques. Les études se focalisent pour l'instant sur les cas d'appendicite aiguë sans complication. L'expérience la plus récente a été conduite en Finlande sur plusieurs centaines de patients : la moitié d'entre eux ont subi une appendicectomie, alors que l'autre a testé un traitement d'antibiotiques injectés par intraveineuse. Résultat : 27% des patients non-opérés ont vu les symptômes réapparaître, et ont finalement dû passer sur le billard. Un résultat insuffisant pour le Dr Benoît Parmentier, qui explique que l'on ne peut se permettre « un échec du traitement de cette ampleur ». Autrement dit : on n'introduira pas de traitement de l'appendicite par antibiotiques si celui-ci n'a que trois quarts de chance de fonctionner.

Le problème de la résistance bactérienne et du résultat aléatoire du traitement

Les antibiotiques sont envisagés avec précaution, étant donné l'ampleur du phénomène de résistance bactérienne, contre laquelle l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) met régulièrement en garde. Le ministère de la Santé a lancé deux plans nationaux antibiotiques entre 2001 et 2010, et a mis en place en 2011 un plan national d'alerte sur les antibiotiques qui doit durer jusqu'en 2016. L'objectif est de sensibiliser les professionnels comme le public à ce phénomène, car la consommation d'antibiotiques continue d'augmenter en France, et avec elle la résistance bactérienne.

La recherche de nouveaux antibiotiques s'est arrêtée dans les années 1980. Jusque-là de nouveaux produits étaient régulièrement mis au point pour contourner l'adaptation rapide des bactéries. Un seuil de résistance totale a donc des risques d'être atteint si de grandes précautions ne sont pas prises au moment d'intégrer des antibiotiques à un traitement.

On comprend pourquoi la perspective d'un traitement antibiotique de l'appendicite, qui s'adresserait à l'ensemble des cas sans complication, pose problème. Un français sur dix en souffrira au cours de sa vie, selon un rapport de l'Académie nationale de chirurgie, publié en 2014. C'est donc un pourcentage important de la population qui serait exposé à ces substances.

Pour lever les doutes, des études plus poussées sont nécessaires

La communauté scientifique est divisée par ces conclusions. Une partie s'oppose à l'option des antibiotiques, en rappelant comme le Dr Parmentier que « la chirurgie comporte très peu de complications et n'impose que 48 heures d'hospitalisation ».
Un autre groupe de chercheurs se montre beaucoup plus enthousiaste. Pour le Pr Corinne Vons, auteure d'une des études les plus approfondies sur le sujet, les premiers essais cliniques doivent être complétés afin d'affiner le protocole, de choisir les bons antibiotiques, de les doser correctement, et de mieux identifier les cas d'inefficacité. Personnellement, elle appuie même la prise de médicaments oraux au lieu d'une mise sous intraveineuse de trois jours.

Les médecins de cet avis mettent également en avant l'absence de traumatisme lié à la chirurgie, avec la perspective d'une prise en charge en ambulatoire. Le Pr Jacques Baulieux rappelle cependant que, même si l'on remplace l'appendicectomie par des antibiotiques, le traitement devra se faire à l'hôpital, et non « à domicile sur prescription d'un généraliste [...]. Seul un chirurgien peut discuter, évaluer le malade pour vérifier qu'il n'y a pas d'évolution défavorable. »

Dans tous les cas, à nouveau, il ne s'agit pour l'instant que d'envisager ce traitement pour une appendicite qui n'a pas encore dégénéré en péritonite. Dans ce cas, la membrane se perfore et du pus se répand hors de l'organe : il faut alors opérer sur-le-champ, sans quoi l'infection peut mener au décès.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png