Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Masse ovoïde de 21 cm
Masse ovoïde de 21 cm
Gastro Enterologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 347

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
réduire les cancers du côlon et du sein.
Actualités médicales
Une vie plus saine pourrait éviter des millions de cancersDe petits changements dans nos habitudes alimentaires et une pratique sportive régulière pourraient réduire de 30 % les cancers du côlon et du sein.

«Il faut arrêter de croire que le cancer est dû à la malchance, ou à un acte divin», martèle le professeur Martin Wiseman, du Fonds mondial de recherche contre le cancer. Des changements aussi simples que se rendre à son travail à vélo, oudiminuer un peu sa consommation de viande rouge, peuvent en effet réduire fortement les risques de développer des maladies mortelles comme des cancers du sein et du pancréas, explique le rapport qu'il a présenté la semaine dernière à Londres.

Les effets bénéfiques d'une alimentation saine et diversifiée, d'un exercice physique régulier et d'un contrôle de son poids corporel étaient prouvés depuis un premier rapport publié par le Fonds mondial contre le cancer en 2007, mais des travaux supplémentaires menés par plusieurs épidémiologistes ont permis depuis d'estimer combien de vies pourraient être sauvées par des changements de comportement finalement modestes. Après le tabac, qui reste de loin le principal facteur de risque, la nutrition, l'exercice et la lutte contre l'obésité sont les éléments les plus importants pour réduire les probabilités d'avoir un cancer.

Des changements modestes

«Les résultats sont très encourageants, estime le professeur Sir Michael Marmot, épidémiologiste à l'University College de Londres et leader du groupe qui a mené l'étude. Un tiers des douze cancers les plus courants dans les pays développés, et un quart dans les pays en voie de développement, pourraient être évités.» Parmi ces cancers les plus courants figurent ceux affectant la gorge, les poumons et le côlon. Sur les 10 millions de nouveaux cas de cancer par an dans le monde, entre un quart et un tiers pourraient ainsi être évités avec des modes de vie plus sains.

«Pour mesurer les effets des mesures que nous proposons, nous ne considérons pas que tout le monde va avoir des modes de vie parfaitement sains, assure le professeur Elio Riboli, épidémiologiste à l'Imperial College de Londres. Nous faisons des hypothèses sur des changements mineurs, comme pour quelqu'un qui réduirait un peu sa consommation quotidienne de viande rouge et de charcuterie, qui mangerait un peu plus de fruits et de légumes ou qui ferait un peu plus d'exercice comme de la marche tous les jours. » Avec de telles hypothèses, les progrès pourraient être considérables.

Dans les pays développés, comme les États-Unis ou le Royaume-Uni, retenus dans l'étude, plus de 63 % des cancers de la bouche pourraient disparaître. Pour le cancer de l'estomac, la réduction serait au moins de 45 %. Les effets sont un peu inférieurs dans les pays comme la Chine et le Brésil, car ils rattrapent nos modes de vie et nos mauvaises habitudes alimentaires, mais avec un peu de retard et des conséquences pas encore aussi graves que dans les pays riches.

Recommandations concrètesà tous les acteurs de la santé

Pour éviter que leurs pieuses recommandations ne restent lettre morte, les auteurs du rapport ont fait des recommandations concrètes à tous les acteurs de la santé publique, des entreprises de l'agroalimentaire en passant par les gouvernements, sans oublier le plus important, les particuliers. «Au final, c'est à l'individu et à personne d'autre de choisir d'avoir un mode de vie plus sain, précise Sir Michael Marmot. Mais il faut que le monde dans lequel il vit l'incite et lui permette de faire ces changements. En venant ce matin en vélo dans Londres, je n'ai profité d'une piste cyclable que sur quelques centaines de mètres, après c'était chacun pour soi dans le trafic. Et si j'avais voulu m'arrêter en chemin pour me restaurer, j'aurais trouvé profusion de restaurants, de pizzas et autres fast-foods, mais très peu d'endroits où trouver une nourriture saine.»

lefigaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png