Sujet de la discussion : MedeSpace.Net :: Les revendications des medecins résidents Algériens

Publié par hammar le 07-03-2011 22:19
#1

Bonsoir

COLLECTIF AUTONOME DES MÉDECINS RÉSIDENTS ALGÉRIENS

Service civil :


- Selon l’article 29 du chapitre IV de la constitution, les citoyens sont égaux devant la loi en droits et en devoirs :

- Or, il s’avère qu’en matière de devoirs, seuls les médecins spécialistes sont assujettis à un service civil obligatoire d’une durée variable d’une année (01) à quatre (04) ans selon les zones.

- De ce fait, nous demandons l’abrogation des lois et des décrets relatifs au service civil des médecins spécialistes notamment :

la loi 84-10 du 11 février 1984
la loi 86-11 du 19 aout 1986
le décret 87-90 du 21 avril 1987
le décret exécutif 89-128 du 25 juillet 1989
le décret exécutif 99-176 du 02 aout 1999
l’ordonnance 06-06 du 15 juillet 2006
le décret exécutif 06-420 du 22 novembre 2006
- Cependant, conscients que les pouvoirs publics ont, à juste titre, la préoccupation de permettre à tous les citoyens de recevoir des soins de qualité ; nous proposons l’ouverture de postes budgétaires dans toutes les wilayas du pays accompagnées de mesures incitatives à savoir :
la mise à disposition des médecins spécialistes postulants d’un plateau technique en adéquation avec leurs qualifications ;
la mise à disposition des médecins spécialistes postulants de logements de fonction à proximité de leur lieu de travail ;
la gratuité du transport entre le lieu de résidence d’origine et le lieu de travail des postulants ;
la majoration des salaires en fonction des zones de travail ;
accorder la faculté à tout médecin spécialiste le droit de pouvoir démissionner de leur poste sans aucune restriction;

Edité par hammar le 17-03-2011 00:08

Publié par hammar le 07-03-2011 22:20
#2


Service national :


- Les médecins revendiquent le plus grand nombre d’années d’études supérieures et servent leur pays quotidiennement au cours de l’exercice de leur fonction.

-Ils terminent leurs études à un âge avancé et aspirent à travailler pour se créer une situation financière et sociale favorable et décente.

-Cependant, ces derniers ne bénéficient pas des mesures prises par les autorités concernant la dispense du service national.

- Aussi, nous demandons à ce que les médecins spécialistes, au même titre que les autres citoyens, puissent bénéficier d’une dispense du service national.

Publié par hammar le 07-03-2011 22:41
#3

Statut du résident :



- Nous demandons une réévaluation de la rémunération servie au motif : d’une part, du fait de la lourde charge de travail du résident, véritable cheville ouvrière des services hospitalo-universitaires et d’autre part, par la cherté de la vie.

-Il est donc nécessaire de réviser la rémunération mensuelle du résident et de lui octroyer le droit de toucher des indemnités en rapport avec son statut de praticien en formation spécialisée. Dés lors, nous réclamons :


* La révision de la prime de garde à hauteur de 4000 da (actuelle 690 da) avec une majoration pour les jours de week-end et les jours fériés à hauteur de 1000 da.

* La révision de l’allocation(1) d’étude à hauteur de :
*
o résident en 1ère année : 12750 da
o résident en 2ème année : 13500 da
o résident en 3ème année : 14250 da
o résident en 4ème et 5ème année : 15000 da



* Le droit à l’indemnité d’encadrement(2) des étudiants internes et externes en médecine calculée par référence à l’indemnité d’encadrement du praticien spécialiste de santé publique aux taux de :

o résident en 1ère année : 80% de l’indemnité d’encadrement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 2ème année : 85% de l’indemnité d’encadrement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 3ème année : 90% de l’indemnité d’encadrement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 4ème et 5ème année : 95% de l’indemnité d’encadrement du praticien spécialiste de santé publique.



* Le droit à la prime de contagion(3) égale à celle du praticien spécialiste de santé publique.

* Le droit à la prime de risque.

* Le droit à l’indemnité de documentation(4) égale à celle du praticien spécialiste de santé publique.

* Le droit à l’indemnité d’intéressement(5) calculée par référence à l’indemnité d’intéressement du praticien spécialiste de santé publique aux taux de :

o résident en 1ère année : 80% de l’indemnité d’intéressement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 2ème année : 85% de l’indemnité d’intéressement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 3ème année : 90% de l’indemnité d’intéressement du praticien spécialiste de santé publique ;
o résident en 4ème et 5ème année : 95% de l’indemnité d’intéressement du praticien spécialiste de santé publique.


- droit à un hébergement décent pour les résidents habitant à plus de 50 km de leur lieu de travail.

- révision du statut actuel du résident incluant le droit syndical.

Publié par hammar le 07-03-2011 22:42
#4

Revendications pédagogiques :


- Abrogation de l’article 08 du chapitre II de l’arrêté ministériel n°709 du 06/12/2010 concernant les examens sanctionnant et validant des années intermédiaires.


- La validation des formations spécialisées nationales et internationales effectuées par les résidents au cours de leur cursus de formation selon les dispositions prévues par la loi.



- Application de l’article 02 du chapitre I de l’arrêté n°709 du 06/12/2010 concernant la durée des formations spécialisées en sciences médicales à partir de la session 2011/2012, et l’abrogation de l’article 21 du chapitre IV du même décret.


Publié par hammar le 09-03-2011 22:55
#5

Bonsoir

SIT IN des Résidents de Médecine, Pharmacie et Chirurgie Dentaire au CHU d'Oran le 10/03/11 à 11h30( ainsi que dans le reste des CHU d'Algérie)

Publié par La Pharmacienne le 11-03-2011 01:01
#6

Des centaines de médecins résidents se rassemblent à Alger et Tizi-Ouzou

----Plus de 800 médecins résidents se sont rassemblés jeudi à l'hôpital Mustapha Bacha d'Alger pour exprimer leur colère et demander l'abrogation du service civil. "Les étudiants en médecine sont en colère", "Nous voulons exercer notre médecine dignement", scandaient-ils en choeur tout en menançant de recourir à la grève si leurs revendications ne sont pas prises en charge par le ministère de la Santé et celui de l'Enseignement Supérieur.

----Les blouses blanches se rebellent. Jeudi, dans la cour de l'hôpital Mustapha Bacha à Alger, près d'un millier de médecins résidents, de médecins généralistes nouvellement diplômés ainsi que des Internes et des Externes en médecine, ont organisé un sit-in au cours duquel ils ont crié leur rage contre les "injustices" dont ils s'estiment être victimes.

----"Supprimez le service civil et ouvrez-nous des postes budgétaires et vous verrez que nous servirons notre pays durant toute notre vie", confient à elwatan.com plusieurs médecins résidents rencontrés sur place. "Nous voulons un projet de carrière et des conditions de travail dignes de son nom pour pouvoir servir les Algériens. Il faut arrêter de nous présenter pour des gens ingrats qui cherchent uniquement à quitter leur pays", soulignent-ils encore.

----Il est à signaler, par ailleurs, que des rassemblements similaires ont été organisés dans nombreux hôpitaux à travers le pays. Pour preuve, à Tizi-Ouzou, plus de trois cents médecins résidents ont observé jeudi matin, un sit-in devant le siège de la direction générale du centre hospitalo-universitaire Nedi Mohammed.

----Brandissant des banderoles sur lesquelles ont pouvait lire les principales revendication de cette frange des blouses blanches, les contestataires ont également improvisé une marche à l’intérieur de l’établissement hospitalier.

----"Nous demandons, entre autres, la révision de notre statut et l’amélioration de la situation et des conditions de travail des médecins résidents", explique l’un des protestataires. Pour rappel, il y a quelques semaines, les internes en médecine et les médecins résidents avaient organisé une action de protestation pour dénoncer l’insécurité à l’intérieur du CHU de Tizi Ouzou.

Source: El Watan

Publié par hammar le 17-03-2011 00:07
#7

Bonsoir

Préavis de grève les 21, 22 et 23 mars 2011:

Le Collectif Autonome des Médecins Résidents Algériens

A Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs des Centres et Etablissements Hospitalo-Universitaires,

Objet : préavis de grève les 21, 22 et 23 mars 2011

Mesdames, Messieurs ;

Nous avons le regret de vous informer, que suite à l’absence de réponse du Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’absence de déclaration officielle écrite du Ministère de la Santé et de la Population quant à nos revendications socioprofessionnelles et pédagogiques, et ce malgré une grève nationale de deux jours, les résidents à l’échelle nationale observeront un second arrêt de toutes les activités hospitalières et pédagogiques. Cette grève prendra effet le 21 mars à 8h00 et prendra fin le 23 mars 2011 à 17h00.

A cet effet et afin de répondre à l’intérêt supérieur des patients, les gardes seront assurées sans aucune forme de perturbation.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos sentiments respectueux.




Le Collectif Autonome des Médecins Résidents Algériens