Sujet de la discussion : MedeSpace.Net :: Tabac & la femme..

Publié par La Pharmacienne le 24-12-2008 15:10
#10

Tabac et grossesse : “Quand maman fume, bébé fume”


Le nombre de fumeuses enceintes a considérablement augmenté en 20 ans, passant de 10% en 1972 à 35% en 2000.1 Pourtant fumer en période de grossesse expose la future maman elle-même et le fœtus à de multiple risque, et ce aux différents stades de la grossesse :

• Avant

• La cigarette provoque une diminution de la fécondité d’environ 50%, en raison de modifications hormonales engendrées par le tabac.
• En moyenne, les fumeuses mettent 2 fois plus de temps que les non fumeuses pour avoir un bébé.


• Pendant

• Le risque de fausse-couche est multiplié par 3.
• Les risques de grossesse extra-utérine et d’accouchement prématuré sont multipliés par 2.
• Des retards de développement du fœtus sont fréquents.
• Les bébés pèsent en moyenne 200 g de moins à la naissance.


• Après

• Le risque de mort subite du nourrisson est multiplié par 3.
• Le risque d’asthme chez l’enfant est plus élevé.
• Si la maman allaite, le tabac perturbe la lactation (elle a moins de lait), et la nicotine passe dans le lait (le nourrisson en reçoit une quantité non négligeable). Pour limiter les dégâts, la maman doit éviter de fumer pendant l’heure qui précède et suit la tétée.



L'arrêt du tabac doit intervenir de préférence avant la conception, sinon le plus tôt possible pendant la grossesse. Il reste utile tout au long de la grossesse et même après l'accouchement.


Diminuer sa consommation de 20 cigarettes à 5 par jour est toujours positif dans une démarche d’arrêt mais attention, le risque persiste :
Il n’existe pas de petite consommation de tabac non dangereuse. Restreindre à 5 cigarettes par jour une personne habituée à fumer un paquet de cigarettes induit une compensation naturelle dans la façon de fumer : la fumeuse va attendre chaque cigarette autorisée dans un climat de stress et va inhaler beaucoup plus profondément la fumée, le nombre de cigarette est réduit certes, mais chacune d’elle est fumée plus intensément, de façon à maintenir l’absorption nécessaire du taux de nicotine. Ce qui provoque, par conséquent, une intoxication équivalente.


Un arrêt total est recommandé, car la diminution du tabagisme maternel n’est pas suffisante pour prévenir l’apparition de complications maternelles, foetales ou néonatales pendant la grossesse ou au décours de l’accouchement. 2



Sources :
1. Le tabac en 200 questions, B. Le Maître p.81-88 ; p99
2. Conférence de consensus grossesse et tabac, 7 et 8 octobre 2004