Pour qui sonne le gras ?
Publié par hammar le Mai 17 2009 09:28:28
LA FRAMBOISE ou la fraise ont un pouvoir : elles inhibent une enzyme qui facilite l’absorption des graisses...

Nouvelles étendues

LA FRAMBOISE ou la fraise ont un pouvoir : elles inhibent une enzyme qui facilite l’absorption des graisses.

Les « petits fruits rouges » que sont les fraises, framboises, groseilles, mûres et autres baies telles que les airelles, présentent de multiples qualités : vitamines, teneur en sucres plutôt inférieure à la moyenne des fruits ou contenu en fibres alimentaires assez élevé.

Soit des caractéristiques particulièrement appréciées pour le contrôle du poids, que ce soit en dessert ou en collation. Mais les fruits rouges peuvent également renfermer des quantités importantes de polyphénols, composés déjà connus pour leurs propriétés antioxydantes, et qui font l’objet d’intenses recherches scientifiques. Avec des découvertes à la clé… La dernière en date pourrait bien renforcer l’intérêt de certains de ces fruits rouges dans la lutte contre les kilos en trop.

Des chercheurs du Scottish Crop Research Institute à Dundee, au Royaume-Uni, se sont intéressés à l’effet de ces baies sur une enzyme clé impliquée dans l’assimilation des graisses : la lipase pancréatique. Cette enzyme, fabriquée par le pancréas pour être déversée dans le tube digestif, permet de décomposer les graisses alimentaires pour les rendre sous une forme assimilable. Si l’activité de cette enzyme est réduite, les graisses ingérées via les aliments ne sont plus entièrement dégradées : une partie du flot de graisse n’est de ce fait plus assimilée, mais poursuit son parcours dans le côlon pour être expulsée via les matières fécales. C’est précisément par ce mécanisme d’inhibition de la lipase qu’agissent certains médicaments amaigrissants prescrits dans le cadre de l’obésité.

Polyphénols et lipase

Dans son laboratoire, l’équipe écossaise a exposé différents extraits riches en polyphénols de fruits à la lipase pancréatique. Elle a mesuré l’activité de cette lipase en présence de ces extraits. Les résultats, à paraître dans la revue scientifique Food Chemistry, montrent une aptitude significative à inhiber l’activité de la lipase pour plusieurs de ces extraits. Les fruits qui s’avèrent être les plus efficaces sont la mûre, la fraise, la framboise, l’airelle rouge et la ronce arctique (une mûre du Grand Nord). Un léger effet inhibiteur est observé pour les myrtilles, alors qu’aucun effet n’apparaît pour le cassis et pour le sorbier.

Des analyses plus poussées ont permis aux chercheurs d’identifier les fractions responsables de cet effet inhibiteur : ainsi dans les mûres, ce sont les tannins ellagiques qui s’avèrent les plus efficaces.

Ces travaux ne permettent pas d’attribuer à la mûre ou à d’autres fruits rouges un véritable effet amaigrissant, et encore moins de les faire passer pour des alternatives à des médicaments inhibiteurs de la lipase. Néanmoins, ils apportent de nouveaux arguments pour faire honneur à ces fruits rouges comme dessert. Et, peut-être, faire en sorte que la pointe de crème fraîche sur ces fruits passe inaperçue dans le bilan des graisses assimilées !