L'OMS veut 5 milliards de vaccins contre la grippe
Publié par hammar le Mai 23 2009 17:25:44
L'Organisation mondiale de la santé espère obtenir assez de vaccins contre le H1N1 pour protéger les 193 pays du monde en moins d'un an...

Nouvelles étendues

L'Organisation mondiale de la santé espère obtenir assez de vaccins contre le H1N1 pour protéger les 193 pays du monde en moins d'un an.

Trente laboratoires fabricants de vaccins ont rencontré, mardi, Margaret Chan, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies. Au programme une fois de plus, la stratégie de production d'un vaccin pandémique contre le virus H1N1.

«Nous avons l'assurance d'une très sérieuse implication des entreprises des pays du Nord et du Sud pour mobiliser les ressources », a assuré, à l'issue de cette rencontre, Margaret Chan. Du coup, les experts tablent sur la possibilité de produire 4,9 milliards de doses d'un vaccin contre le virus en cas de pandémie. Un objectif calculé à partir des données de production du vaccin contre la grippe saisonnière, qui doit être modifié chaque année en raison des mutations génétiques entre les différentes souches virales.

Cette année, l'ensemble des producteurs du vaccin contre la grippe saisonnière ont prévu de produire 480 millions de doses en plusieurs étapes : 350 millions le 30 juin et 430 millions le 31 juillet. Comme ce vaccin comporte des éléments génétiques de trois souches virales distinctes, il est plus long à fabriquer et à vérifier qu'un vaccin ne comportant qu'une seule souche.

C'est pourquoi les experts de l'OMS proposent d'aller au plus simple : ils recommandent de faire un vaccin monovalent contre le H1N1, qui ne comporte qu'une seule souche. Ils s'opposent donc à l'avis de certains experts (voir nos éditions du 7 mai 2009) qui estimaient pouvoir intégrer un vaccin contre le H1N1 dans le vaccin annuel de la grippe saisonnière.

Des exigences multiples

La production d'un vaccin contre le virus H1N1 mettra-t-elle en danger celle du vaccin saisonnier ? Il est trop tôt pour le dire. En fait, cela dépendra du comportement futur du virus mexicain. S'il attend la fin de l'été (mi-août) pour revenir des sites de l'hémisphère Sud, véritables «creusets» où les virus se recombinent, le vaccin saisonnier sera déjà prêt à être stocké. En revanche, s'il devient plus virulent avant la fin de l'été, il faudra arrêter les chaînes de production du vaccin saisonnier.

«Le virus nous a peut-être accordé un répit, mais pour combien de temps ? Personne ne sait si ce n'est pas le calme avant la tem­pête», souligne Margaret Chan.

La production d'un vaccin grippal est très complexe et longue à mettre en place. Or les producteurs ne disposent toujours pas de la «semence virale» nécessaire pour le futur vaccin. On l'attend depuis plus de trois semaines !

Quand ce vaccin pandémique sera-t-il prêt ? Il faut au minimum quinze semaines de mise au point avant de produire les premiers, estimait la semaine dernière dans Le Figaro Bruno Lina (Centre national de référence sud de la France).

Autre point d'interrogation : le rendement du vaccin contre le H1N1. Comme tous les vaccins grippaux, il «pousse» sur les embryons d'œufs de poule. Or, pour le vaccin contre le H5N1 de la grippe aviaire, rappellent les experts, les industriels ont observé des rendements inférieurs de 50 % à ceux du vaccin saisonnier. Ce qui retarderait encore la production.

Les exigences sont multiples. Il faut que le vaccin soit assez «immunogène» pour protéger l'organisme, or l'humanité est à ce jour «naïve» face à ce nouveau virus qu'elle n'a jamais connu. Il faut aussi qu'il ne provoque pas d'effets secondaires comme le vaccin H1N1 mal vérifié de 1976, qui fut injecté à 24 millions d'Américains et provoqua plusieurs cas de paralysie. Il faut enfin qu'il soit mis à disposition en quantités suffisantes aux pays pauvres. Reste enfin à trouver le financement, et l'OMS n'a pas de moyens propres.


lefigaro