Diabète : un médicament permettant d'accélérer la cicatrisation
Publié par hammar le Juin 06 2009 10:27:42
Un nouveau médicament permettant d'accélérer la cicatrisation de l'ulcère du pied du diabétique sera produit en Algérie à la fin de l’année 2009, a indiqué hier...

Nouvelles étendues

Un nouveau médicament permettant d'accélérer la cicatrisation de l'ulcère du pied du diabétique sera produit en Algérie à la fin de l’année 2009, a indiqué hier, à Alger le président des laboratoires LAD-Pharma. Intervenant lors du deuxième séminaire algéro-cubain sur le traitement et la prise en charge de l'ulcère du pied diabétique, le président de LAD Pharma, le Dr Abdelkrim Djebbar, a indiqué que ce médicament (Heberprot-P) "accélère, la cicatrisation de la lésion", précisant cependant que ce médicament qui sera produit avec l'assistance cubaine "ne soigne pas la maladie du diabète".

"C'est un produit qui stimule la multiplication des cellules du derme et de l'épiderme (régénération des tissus)", a-t-il dit, expliquant que "le médicament est fabriqué à base d'hormones qui existent dans la salive", comme cela a été constaté chez certains mammifères, notamment les canidés qui lèchent leurs plaies pour les cicatriser.
"Ce médicament doit être utilisé après des soins adéquats et précoces de l'infection de l'ulcère du pied tel que l'ostéomyélite, l'artériopathie périphérique et neuropathie périphérique", a-t-il dit.
De son côté, le professeur Samir Joucdar, spécialisé dans la chirurgie plastique à l'hôpital de Douéra, a souligné qu'il s'agit d'un "médicament injectable dans la plaie", ajoutant que la durée moyenne du traitement est de "six à huit semaines, à raison d'une injection tous les deux jours".

Il a expliqué que "les résultats apparaissent au terme de la quatrième semaine du traitement avec des bourgeonnements sur la plaie", c'est-à-dire l'apparition de nouveaux tissus dermiques.
Selon le Pr Joucdar, l'injection doit être effectuée par des "spécialistes" car il s'agit, a-t-il dit, d'une "plaie pouvant entraîner des infections", soulignant que ce médicament "contient des allergisants et, est de ce fait, contre-indiqué chez les cardiopathes et les insuffisants rénaux ".

Pour sa part, le Pr Fouzia Sekkal, chef de service au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Lamine-Debaghine (Bab El Oued), a relevé que sur les 765 patients, traités en 2007 au niveau de l'établissement où elle exerce, 80% sont des diabétiques de type 2, alors que deux tiers des patients ont subi des amputations majeures ou mineures.
Evoquant les facteurs favorisants cette pathologie, elle a énuméré la manipulation des ongles, des chaussures mal adaptées et le manque d'hygiène.
En matière de prévention, le Pr Sekkal a insisté sur l'éducation de groupe, du patient et de sa famille, soulignant qu'avec la prévention, les lésions les plus graves peuvent être évitées ou mieux prises en charge.

Elle a, par ailleurs, relevé que selon les statistiques de la Fédération internationale des diabétiques, toutes les 30 secondes, un diabétique perd une jambe de par le monde, soulignant que l'une des complications invalidantes du diabète est l'ulcère du pied.
Elle a ajouté que cette complication représente 25% des consultations de diabétologie et que 10% des diabétiques meurent au moment des amputations, 30% des amputés meurent une année après et 50% décèdent trois années après l’amputation.

Selon le Pr Sekkal, un diabétique sur six aura un ulcère de pied durant sa vie, alors que l'on dénombre chaque année de par le monde quatre millions d'individus présentant un ulcère de pied.

el moujahid