L'Académie de pharmacie dit oui à la libéralisation de la recher
Publié par Narimane le Juin 16 2009 11:30:14
Paris, le jeudi 4 juin 2009 - S'il est certains sujets qui devraient faire l'objet de vifs débats à l'occasion de la révision par les parlementaires des lois de bioéthique...

Nouvelles étendues

Paris, le jeudi 4 juin 2009 - S'il est certains sujets qui devraient faire l'objet de vifs débats à l'occasion de la révision par les parlementaires des lois de bioéthique, tel le sort à réserver aux mères porteuses ou l'opportunité d'inciter d'avantage au don d'organe de son vivant, d'autres points pourraient faire plus facilement consensus.

C'est notamment le cas de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Celle-ci est aujourd'hui interdite, mais cette disposition a fait l'objet d'un « moratoire » qui a permis, ces dernières années, à de nombreuses équipes d'entreprendre des travaux jusqu'alors impossibles en France. Depuis que se sont engagées les réflexions des grandes sociétés savantes et institutions sur l'évolution à apporter aux lois de bioéthique, la nécessité d'autoriser définitivement ce type de recherche a été actée par tous.

Ainsi, bien qu'en désaccord sur d'autres points, l'Agence de biomédecine et l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) se sont prononcés en faveur d'une autorisation de ces travaux. Plus récemment, ce fut au tour du Conseil d'Etat, avant d'être imité, il y a quelques jours, par l'Académie de pharmacie. Cette dernière a en effet estimé que les recherches sur les cellules souches devraient désormais relever d'une « autorisation sous contrôle». Le dispositif actuel est en effet l'objet d'une analyse sévère de la part de l'Académie de pharmacie qui remarque : « Le système (...) d'interdiction avec dérogation risque de compromettre gravement la pérennité des recherches ou plus généralement de l'activité scientifique et technique développée au profit des malades».

Au-delà de ces considérations intéressant plus particulièrement les travaux sur les cellules souches embryonnaires, l'Académie de pharmacie juge également que devrait être engagé « un effort important» pour développer les recherches « au profit de l'embryon» afin entre autres d'augmenter le taux de grossesses obtenues après fécondation in vitro.