Le diabète, un pactole pour les laboratoires
Publié par La Pharmacienne le Juillet 08 2009 14:23:37
Les diabétiques sont désormais 250 millions aujourd'hui, et leur nombre ne cesse d'augmenter. Ils représentent un marché estimé à 25 milliards de dollars....

Nouvelles étendues

Les diabétiques sont désormais 250 millions aujourd'hui, et leur nombre ne cesse d'augmenter. Ils représentent un marché estimé à 25 milliards de dollars.

Le nombre de diabétiques, 250 millions aujourd'hui, soit 5 % à 6 % de la population, est en constante progression. Avec l'extension du mode de vie occidental, sédentaire et adepte des régimes alimentaires hypercaloriques propices à l'obésité, le diabète est devenu un enjeu de santé publique. À ce titre, c'est aussi un pactole pour les groupes pharmaceutiques.

Les antidiabétiques oraux représentent les deux tiers de ce marché estimé à 25 milliards de dollars, selon Frédéric Desdouits, associé du cabinet Bionest. En attendant l'implantation de nouvelles classes de traitement oraux, GLP1 ou DPP4, le marché est éclaté notamment entre les génériques de la Metformine, l'Actos du laboratoire japonais Takeda et l'Avandia de GSK, très affaibli par une campagne négative lancée en 2007. Mais, c'est plutôt « l'insuline qui focalise les grands enjeux économiques », souligne Delphine Le Louet, analyste financier chez Lombard Odier Darier Hentsch.

Sanofi-Aventis y affronte Novo Nordisk et, dans une moindre mesure, l'américain Eli Lilly, dont un proche serait à l'origine des rumeurs sur la nocivité du Lantus. Le petit laboratoire danois - son chiffre d'affaires s'élève à 6,1 milliards d'euros contre 27,6 milliards pour Sanofi-Aventis - réalise 70 % de ses ventes dans les traitements antidiabétiques. Il est devenu leader mondial de l'insuline, avec près de 50 % de part de marché, en profitant notamment du développement de la maladie dans les pays émergents. En face, Sanofi-Aventis totalise un peu moins d'un tiers des ventes. Mais le Lantus lui permet d'être numéro un de « l'insuline analogue » fabriquée à partir de bactéries génétiquement modifiées. Son médicament vedette pourrait même devenir le cinquième médicament le plus vendu au monde.

Si les rumeurs récentes ne l'affectent pas, le chiffre d'affaires du Lantus dépassera 5 milliards d'euros. Loin devant le seul produit comparable, le Levemir, que Novo Nordisk a tenté de faire décoller ces jours-ci, en profitant des annonces négatives sur le médicament de Sanofi-Aventis.


Le figaro