Bruxelles lance des enquêtes antitrust dans la pharmacie
Publié par Administrateur le Juillet 09 2009 10:20:24
Des enquêtes pour pratiques anti-concurrentielles ont été ouvertes contre plusieurs groupes pharmaceutiques, dont le laboratoires Servier, a annoncé mercredi la Commission...

Nouvelles étendues

Des enquêtes pour pratiques anti-concurrentielles ont été ouvertes contre plusieurs groupes pharmaceutiques, dont le laboratoires Servier, a annoncé mercredi la Commission européenne.

Le groupe pharmaceutique français est suspecté d'avoir passé des accords visant à restreindre l'offre sur le marché de génériques développés par Teva, Krka, Lupin, Matrix Laboratories et Niche Generics, eux-aussi concernés par l'enquête.

Des inspections avaient été annoncées en novembre 2008 et les accords concernent l'entrée sur le marché du générique du Perindopril, un médicament contre l'hypertension artérielle développé par le laboratoire français.

Parallèlement, la Commission a fait savoir qu'elle allait intensifier son enquête sur la concurrence dans le secteur de la pharmacie.

Dans un communiqué, l'exécutif européen estime que l'entrée sur le marché des médicaments génériques prend du retard et que les pratiques des entreprises sont en partie à l'origine de cette situation, ainsi que des lacunes dans le cadre réglementaire.

"La Commission entend intensifier son examen du secteur pharmaceutique au regard de la législation communautaire en matière d'ententes, notamment en continuant à surveiller les accords conclus entre les laboratoires de principes et les fabricants de génériques", est-il indiqué dans le communiqué, qui précise que les premières enquêtes sont déjà en cours.

La commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a quant à elle fait valoir que les retards enregistrés dans l'arrivée sur le marché des médicaments génériques avaient fait grimper de 20% la facture du consommateur entre 2000 et 2007.

Le rapport demande également aux États membres d'introduire une législation plus favorable aux génériques.

"Nous devons renforcer la concurrence et réduire la bureaucratie dans le domaine pharmaceutique (...) Il est temps d'agir", a déclaré la commissaire néerlandaise.

"En ce qui concerne l'entrée sur le marché des médicaments génériques, toute semaine ou tout mois de retard génère des coûts pour les patients et les contribuables", a-t-elle ajouté.

L'enquête à l'origine du rapport a débuté en janvier 2008 à la suite d'inspections chez plusieurs laboratoires, dont AstraZeneca, GlaxoSmithKline, Pfizer, Merck et Sanofi-Aventis.

Cette procédure concernait également des groupes spécialisés dans les génériques.

Source : Reuters