Dangers d’une coinfection à staphylocoque chez l’enfant hospitalisé pour grippe
Publié par La Pharmacienne le Septembre 09 2009 13:45:06
L’infection par le staphylocoque doré (SA) est une cause connue d’aggravation des infections respiratoires virales. Le bref intervalle séparant les deux suggère...

Nouvelles étendues


L’infection par le staphylocoque doré (SA) est une cause connue d’aggravation des infections respiratoires virales. Le bref intervalle séparant les deux suggère une infection concomitante plutôt qu’une surinfection. Aux USA, les décès pédiatriques dus au virus grippal (VI) sont obligatoirement déclarés. En 2006-2007, 22 des 73 décès enregistrés (30 %) correspondaient à des coinfections, ce qui représente une augmentation importante par rapport à la période 2004-2006 (2 à 7 %). On note parallèlement une plus grande fréquence des portages de souches méthicilline résistantes (MR).


Une étude rétrospective a été menée à Atlanta dans les 3 hôpitaux pédiatriques entre le 1er octobre 2006 et le 30 avril 2007. Tous les patients d’un âge < ou = 18 ans, avec une infection prouvée à VI ou SA isolé du sang ou de l’arbre respiratoire ont été retenus à condition que le SA ait été cultivé durant les 3 premiers jours de l’admission. Les 3 groupes : infection par VI seul, SA seul et VI+SA ont été comparés. Pendant la période d’étude, ont été identifiés 65 hospitalisations avec VI, 169 infections par SA à début communautaire, comprenant 7 épisodes de coinfections. Les infections par SA étaient réparties sur toute la période d’étude, celles par VI marquaient 2 pics. L’âge médian des enfants (57 % de garçons), était de 7 ans (2 semaines-18 ans). La plupart (71 %) avait une pathologie à risque d’infection à SA : mucoviscidose (27 %), diabète ou autre maladie métabolique (14 %), cancer ou autre immunodépression (12 %), asthme (11 %), maladie cardiovasculaire (8 %) et neuromusculaire (8 %). Malgré une indication dans 77 % des cas, seuls 13 % avaient été vaccinés contre la grippe avant l’hospitalisation et 4 % pendant.


Sept des 65 enfants (11 %) hospitalisés avec le VI (A ou B) ont eu une coinfection par SA, plus rarement par d’autres germes tels Pseudomonas ou autres. Parmi les 169 infections communautaires à SA, il y avait autant de coinfections à VI que de coinfections à VRS (4 %). Les souches MR représentaient 43 % des SA isolés. En comparaison des enfants avec une infection isolée, les enfants coinfectés ont eu une évolution plus sévère avec séjour en réanimation plus fréquent : 71 % vs 28 % pour VI seul et 36 % pour SA seul et un taux de décès plus élevé : 29 % vs 0 pour VI et 5 % pour SA seuls. Enfin, une infection de la peau ou des tissus mous était présente dans 29 % des cas de coinfection contre 2 % des cas avec VI seul.


En conclusion, le staphylocoque aggrave de façon très notable les infections grippales et doit être recherché au cours de toute forme respiratoire sévère.



JIM