Grossesse compliquée de pré-éclampsie : quelles conséquences sur la santé des enfants ?
Publié par Rosette le Septembre 25 2009 17:05:31
Les troubles hypertensifs gravidiques représentent un problème de santé publique significatif dans le monde et la pré-éclampsie en est la forme la plus fréquente...

Nouvelles étendues

Les troubles hypertensifs gravidiques représentent un problème de santé publique significatif dans le monde et la pré-éclampsie en est la forme la plus fréquente. Le taux de pré-éclampsie varie de 2 à 10 % dans les pays développés et elle est une cause majeure de morbidité et de mortalité maternelles et périnatales. L'augmentation de la mortalité périnatale est souvent due à un retard de croissance intra-utérin et à la prématurité.

Une étude de cohorte représentative de la population a étudié les corrélations entre la pré- éclampsie et la santé à long terme des enfants. Sur les 1 618 481 singletons nés au Danemark entre 1978 et 2004, identifiés dans le Système d’enregistrement civil, 1 545 443 ont été suivis pendant une période de 27 ans ; parmi eux 46 384 (3 %) avaient été exposés in utero à une pré-éclampsie et 724 (0,005 %) à une éclampsie. La pré-éclampsie et l’éclampsie étaient plus fréquemment observées chez des femmes nullipares et jeunes. Les accouchements prématurés et les RCI étaient plus fréquents dans le cas des enfants exposés á la pré-éclampsie.

Le risque d’hospitalisation s’est révélé plus important chez les enfants exposés à la pré-éclampsie et accouchés á terme, par rapport aux enfants non-exposés. Par contre, dans le groupe des enfants accouchés prématurément, la fréquence d’hospitalisation était similaire pour les enfants exposés á la pré-éclampsie et pour les non-exposés, et cela pendant toute la période de suivi, excepté pour la première année de vie pendant laquelle les enfants exposés á la pré-éclampsie étaient davantage hospitalisés (IRR, 1,27 ; Intervalle de confiance à 95 % : 1,25–1,30). Les résultats étaient similaires quel que soit le sexe, excepté une prévalence des malformations congénitales des organes génitaux plus importante chez les garçons exposés á la pré-éclampsie que chez les filles. On peut supposer que les facteurs génétiques ou environnementaux qui sont à l’origine de la pré-éclampsie et de ces malformations congénitales soient les mêmes.

Les mécanismes reliant la pré-éclampsie et la santé postnatale des enfants sont inconnus. Il semble probable que les réponses d’adaptation à l’environnement intra-utérin en cas de pré-éclampsie suscitent des changements épigénétiques augmentant la susceptibilité ultérieure à la maladie. De même certains facteurs génétiques pourraient prédisposer à la fois à la pré-éclampsie et à d’autres pathologies.

Les résultats de cette étude montrent que la pré-éclampsie est associée á un risque plus important d’hospitalisation pendant l’enfance et la vie de jeune adulte, et plus particulièrement chez les enfants accouchés á terme. L’excès de risque de maladie n’était associé ni à un retard de croissance ni à l’accouchement prématuré. Par ailleurs, le risque d’infirmité motrice cérébrale des enfants exposés á la pré-éclampsie et accouchés prématurément était inférieur à celui des autres enfants accouchés prématurément. Par contre, dans le groupe des enfants accouchés à terme, le risque d’infirmité motrice cérébrale était plus important chez les enfants exposés á la pré-éclampsie. Il semble qu’une exposition prolongée á l’environnement intra-utérin de la pré-éclampsie augmente les effets adverses sur les enfants, et ceci constitue un argument en plus pour l’accouchement précoce en cas de pré-éclampsie.

Dr Viola Polena

Wu CS et coll. Health of children born to mothers who had preeclampsia: a population-based cohort study. Am J Obstet Gynecol. 2009 ; 201: 269.e1-269.e10.