Le cerveau est fan de musique
Publié par hammar le Janvier 07 2010 11:08:30
Ecouter la musique stimule des régions du cerveau impliquées dans la motricité, l'attention, les différents types de mémoire. Améliore la récupération après une affection ...

Nouvelles étendues

Ecouter la musique stimule des régions du cerveau impliquées dans la motricité, l'attention, les différents types de mémoire. Améliore la récupération après une affection cardio-vasculaire ou respiratoire. Diminue l'anxiété, le stress, la dépression. Et même les douleurs aiguës ou chroniques en détournant l'attention des souffrances. En activant la sécrétion de morphine endogène.

« La musique a montré ses bienfaits dans la maladie de Parkinson, souligne le neurologue français Pierre Lemarquis. En particulier sur la coordination motrice et sur la marche. Un patient peut imaginer entendre une musique qui va activer et déverrouiller ses commandes motrices. Une personne atteinte d'alzheimer est encore capable de solliciter sa mémoire musicale, de fredonner un air connu, de retrouver quelques paroles d'une chanson ancienne. Voire en apprendre de nouvelles alors même qu'elle a perdu le langage. »

Dans la Sérénade pour un cerveau musicien, le médecin explore le cerveau musical. Montre que cet organe ne demande qu'à nous aider à tous les âges (1).

En Italie, Silvia Bencivelli s'est interrogée : Pourquoi aime-t-on la musique ? (2). Elle analyse tout ce que la science nous en apprend. Elle dissèque notamment l'« effet Mozart » vanté par Frances Rauscher. Selon la psychologue, écouter la musique de ce compositeur produirait un déclic de notre intelligence. De brève durée, mais perceptible lors des tests psychologiques. Résultat : en Floride, il est obligatoire de faire entendre, tous les jours, de la musique classique aux enfants qui fréquentent les écoles maternelles publiques. « Un résultat définitif ne s'est pas encore imposé même si Rauscher apparaît de plus en plus isolée, conclut Silvia Bencivelli. Toutefois, les sites web qui proposent des produits divers à l'attention des mères anxieuses, pour augmenter l'intelligence de leur progéniture à coup de compilations musicales, ont proliféré. »

lesoir.be