Les risques des césariennes de convenance
Publié par La Pharmacienne le Janvier 19 2010 11:51:59
Le taux des césariennes augmente partout dans le monde, notamment celui des césariennes de convenance, du fait d'une confiance en la technique. Or, ces césariennes...

Nouvelles étendues


Le taux des césariennes augmente partout dans le monde, notamment celui des césariennes de convenance, du fait d'une confiance en la technique. Or, ces césariennes pratiquées sans indication médicale sont associées à un risque plus élevé de décès et de complications maternelles que les accouchements normaux par voie basse, confirme une large étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée cette semaine dans The Lancet . Le risque atteint même, dans certains cas, un niveau identique à celui associé aux césariennes pratiquées pour des raisons médicales.


Le Pr Pisake Lumbiganon de la faculté de médecine de Khon Kaen, en Thaïlande, et ses collègues ont analysé les données de près de 108.000 accouchements ayant eu lieu dans 122 structures de neuf pays d'Asie, en 2007 et 2008. Le taux de césarienne était de 27,3 %. Les chercheurs ont établi que le risque de survenue d'une complication maternelle - le passage en réanimation, le recours à la transfusion sanguine, l'hystérectomie (ablation de l'utérus), la ligature d'une artère iliaque ou le décès - était plus élevé avec les césariennes, qu'elles soient réalisées avant ou pendant le travail et avec ou sans indication médicale. Ainsi, le risque de survenue d'au moins une de ces complications lors des césariennes réalisées avant le début du travail était multiplié par 2,7 pour les césariennes de convenance et par 10,6 pour les césariennes avec indication médicale. Pour celles ayant eu lieu pendant le travail, le risque de complication maternelle était multiplié par 14,2 en l'absence d'indication médicale et par 14,5 avec une indication.


Ces résultats, concordant avec ceux d'une précédente étude de l'OMS réalisée en Amérique latine, confortent la recommandation d'éviter les césariennes inutiles, notent les auteurs. Étant donné qu'un essai randomisé est difficilement réalisable pour évaluer les bénéfices et risques de la césarienne, en l'absence d'un tel travail "nous devons nous reposer sur les études observationnelles pour élucider les bénéfices et risques divers de cette opération", estiment-ils. "Nous concluons que la césarienne ne devrait être effectuée que lorsqu'il existe une indication médicale pour améliorer le résultat pour la mère ou l'enfant."


Le Point