Thalidomide : le grand retour ?
Publié par hammar le Avril 09 2010 14:36:30
l y a 50 ans ce médicament défrayait la chronique. Prescrit notamment contre les nausées du premier trimestre de grossesse, la thalidomide s’est révélée avoir de terribles effets sur l’embryon qui ont abouti à son retrait du marché en 1961, lorsque ses effets délétères sur le développement du fœtus humain devinrent évidents...

Nouvelles étendues
l y a 50 ans ce médicament défrayait la chronique. Prescrit notamment contre les nausées du premier trimestre de grossesse, la thalidomide s’est révélée avoir de terribles effets sur l’embryon qui ont abouti à son retrait du marché en 1961, lorsque ses effets délétères sur le développement du fœtus humain devinrent évidents.

Cependant la thalidomide a, depuis, pu être progressivement réintroduite sur le marché pour le traitement de quelques pathologies du fait de ces propriétés pharmacologiques originales, en particulier comme modulateur du système immunitaire, de l’inflammation et comme inhibiteur de la croissance des vaisseaux sanguins ou angiogenèse.

Des travaux, réalisés par Franck Lebrin et ses collaborateurs (Unité Inserm 833 "Angiogenèse embryonnaire et pathologique"), viennent d’ailleurs d'identifier une nouvelle cible d'action pour ce médicament : les cellules dites murales, que l’on retrouve autour des vaisseaux sanguins.


L’étude clinique, réalisée sur 7 patients souffrant d’hémorragies vasculaires spécifiques, comme la maladie de Rendu-Osler (MRO) a démontré que l’administration orale de thalidomide réduit fortement les nuisances liées à la maladie.

Alors qu’on considérait jusqu’ici la thalidomide comme un simple "bloqueur" de la formation des vaisseaux, les résultats des chercheurs montrent qu’elle stimule, en fait, le recouvrement des vaisseaux sanguins par les cellules murales.

Ce processus correspond à la maturation vasculaire.
Sous thalidomide, l’interaction entre les cellules endothéliales et les cellules murales apparaît comme favorisée, contrôlant la densité du réseau vasculaire, le diamètre et la perméabilité des vaisseaux sanguins.
In fine, la thalidomide, grâce à ses propriétés de stabilisation du réseau vasculaire, réduit les saignements associés aux malformations vasculaires spécifiques de la MRO.

Leurs résultats complet paraîtront cette semaine sur le site de Nature Medicine.

Source : extrait du communiqué « Un retour prometteur pour la thalidomide » Inserm 06/04/10


pratis.com