Cancer colorectal métastatique : quel bénéfice pour les chimiothérapies relativement récentes ?
Publié par La Pharmacienne le Mai 04 2010 16:50:19





Face à un cancer colorectal (CCR) compliqué de métastases à distance de la tumeur primitive, les choix thérapeutiques sont en général limités du fait l’agressivité de cette dernière. Les métastases hépatiques et pulmonaires, voire osseuses, sont effectivement de fort mauvais pronostic. Les polychimiothérapies traditionnelles sont souvent décriées, du fait d’un rapport coût/bénéfice défavorable, mais il semblerait que les agents cytotoxiques relativement nouveaux ne fassent guère mieux.


Une revue systématique des bases de données, constituées à partir du programme Medicare, a été effectuée entre le 1er janvier 1995 et le 31 décembre 2005.


Elle apporte son éclairage dans ce domaine controversé, au travers de la surveillance, de l’épidémiologie et des résultats obtenus au moyen de diverses stratégies thérapeutiques.


Au bout du compte, 4 665 patients âgés d’au moins 66 ans ont été sélectionnés. Dans tous les cas, il existait un CCR métastatique qui a été traité par chimiothérapie. Cette étude rétrospective, bien évidemment non contrôlée, a permis de chiffrer l’espérance de vie et les coûts induits par la chimiothérapie à partir des taux de survie à court terme.


L’agrégation des données ainsi obtenues a permis de mettre en évidence une augmentation de la durée de la survie en moyenne de 6,8 mois, au prix d’un investissement financier de l’ordre de 37 100 $ (en dollars 2006), ceci dans le groupe qui a bénéficié des agents cytotoxiques nouveaux. De ce fait, le coût par année de vie gagnée a pu être estimé à 66 200 $ (intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre 48 100 $ et 84 200 $).


Après dénombrement des années de survie et évaluation plus fine des coûts directs, le prix à payer par Qaly gagnée (quality-adjusted life-year) a été évalué à 99 100 $ (IC95 ente 72 300 $ et 125 900$), ceci après ajustement en fonction de l’utilité pour le patient et des frais qu’il a dû payer de sa poche.


Face à un CCR métastastique, les chimiothérapies nouvelles sont associées à une augmentation de la durée de la survie au prix d’un coût substantiel. Le rapport coût/efficacité de ce traitement est néanmoins relativement acceptable, de fait inférieur au seuil qui correspond au maximum tolérable pour un système de santé comme celui des Etats-Unis à l’heure actuelle.



Dr Philippe Tellier, JIM

Howard DH et coll. : The value of new chemotherapeutic agents for metastatic colorectal cancer. Arch Intern Med 2010 ; 170 : 537-542.