Comment vont les yeux les enfants nés par FIV
Publié par La Pharmacienne le Juillet 08 2010 11:17:59
Peu de travaux ont intéressé le suivi ophtalmologique des enfants nés par fécondation in vitro (FIV). Certains suggèrent la survenue de troubles visuels, d’autres des malformations oculaires congénitales, des anomalies morphologiques oculaires, d’autres encore un excès de rétinoblastome, ces altérations et pathologies n’étant pas retrouvées de façon homogène dans toutes les publications. Des auteurs suédois ont dans ce contexte porté leur attention sur le risque de malformations oculaires et sur le risque de troubles de la vision chez les enfants nés par FIV.


Ils ont analysé les données d’une cohorte de 31 850 enfants nés par FIV, constituée entre 1982 (année de naissance du premier enfant FIV en Suède) et 2006, en croisant les informations provenant de tous les centres de FIV du pays avec celles de plusieurs registres (registres des naissances, des malformations congénitales, des hospitalisations, des altérations visuelles).


Dans cette population, 36 enfants avaient (1,1 p. 1 000) une malformation congénitale oculaire : anophtalmie/microphtalmie (n = 4), cataracte congénitale (7), luxation congénitale du cristallin (1), opacité cornéenne (1), macrophtalmie (1), malformations de l’iris (n = 6 ; colobome surtout, dans 5 cas sur 6), ptosis congénital (3), anomalies des paupières (3), sténose du canal lacrymal (10).


Après ajustements (notamment sur l’année de naissance, l’âge maternel, la parité, le tabagisme de la mère et son indice de masse corporelle) le risque de malformation oculaire congénitale ne s’est pas avéré accru chez les enfant nés par FIV (OR = 1,05 IC à 95 % 0,75-1,47), et l’OR était de 1,04 (0,64-1,68) après ajustement poussé en outre sur le nombre d’années d’infertilité.


Le risque de troubles sévères de la vision était accru (OR ajusté = 1,55 ; 1,04-2,32), mais l’OR diminuait (1,15 ; 0,61-2,16) après ajustement aussi sur le nombre d’années d’infertilité. Vingt-cinq enfants avaient une altération visuelle sévère (1 p. 1 000), 13 d’entre eux étaient prématurés, 11 étaient nés d’une grossesse gémellaire sans trouble visuel identifié chez le jumeau.


Chez 3 des 25 enfants, le trouble sévère de la vision résultait d’une malformation oculaire, congénitale, chez 16 d’une atteinte cérébrale ou d’une atrophie du nerf optique, avec malformation cérébrale chez 4 ou asphyxie périnatale chez 2. Les enfants ayant une atteinte cérébrale avaient aussi des altérations mentales ou motrices, tandis que 1 cas de rétinopathie de la prématurité cliniquement significatif a été recensé.


Cette étude met en évidence un risque accru de trouble visuel sévère, peut-être davantage lié aux caractéristiques maternelles qu’à la FIV, le risque étant atténué par la prise en compte des années d’infertilité. En revanche, elle ne révèle pas d’augmentation du risque de malformations oculaires congénitales chez les enfants nés par FIV.


Dr Julie Perrot, JIM

Tornqvist K et coll. : Ocular malformations or poor visual acuity in children born after in vitro fertilization in Sweden. Am J Ophthalmol 2010 ; 150 : 23-6.