Judo : un sport technique qui demande de la souplesse
Publié par MedeSpaceNews le Août 20 2011 00:13:47
Cet art martial implique un mode de vie basé sur l'équilibre entre le corps et l'esprit, ainsi que le respect des autres et de soi-même.Un peu d'histoire

Le judo (littéralement voie de la souplesse) est un art martial d'origine japonaise, fondé par Jigoro Kano vers 1880. Il s'est inspiré des samouraïs qui se servaient des "techniques de la souplesse" lors de combats à mains nues. Son objectif était d'élever l'homme pour servir l'humanité. Néanmoins, ce sport se compose surtout de techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clés de bras. Tous ses pratiquants portent une tenue blanche en coton renforcée appelée judogi (et non kimono) ; seule la couleur de la ceinture permet de connaître le niveau du judoka.

Âge de début... et de fin

Les plus jeunes peuvent entamer l'apprentissage de cette discipline dès 5 ou 6 ans (ceinture blanche). Mais il faut attendre 13 ou 14 ans pour que les enfants commencent à bien maîtriser la pratique. Les compétitions officielles débutent vers 16 ans.

Le judo est le sport de toute une vie. Selon les spécialistes, un athlète peut globalement progresser jusqu'à l'âge de 30 ans. Il doit réduire l'intensité des combats entre 30 et 45 ans et privilégier ensuite l'endurance et l'entretien du corps. La gamme d'intensité des séances explique que les judokas peuvent pratiquer leur activité favorite jusqu'à un âge avancé, en fonction évidemment de leur état général. D'ailleurs certains dépassent allégrement les 70 ans.

Contre-indications

Elles sont celles de toute activité physique en général. Une interruption provisoire doit être envisagée en cas de douleurs au niveau du dos, d'une maladie de peau transmissible ou encore d'une blessure. Il en est de même lorsqu'un enfant traverse des problèmes de croissance.

Bénéfices pour la santé

Pour beaucoup d'enfants, cet art martial à la fois collectif et individuel est un facteur stabilisant, qui donne un certain équilibre. Le plaisir de se retrouver, d'apprendre les techniques en combattant avec des partenaires de différents niveaux, de progresser au fil des séances est également bénéfique pour lutter contre la timidité des uns ou l'hyperactivité des autres. Les médecins conseillent de compléter cette activité d'intérieur par un sport de plein air.

De plus, le judo sollicite l'ensemble de l'organisme. Ce sport fait travailler les membres de manière homogène. Il développe des qualités de souplesse, de vitesse, de détente, de puissance et de coordination des mouvements. Sur le plan psychologique, il apporte la maîtrise de soi, la concentration ainsi que le respect de l'adversaire et des règlements. En compétition, les sollicitations cardio-vasculaires sont fortes. L'athlète doit être préparé à l'effort en résistance et être endurant pour tenir jusqu'à la fin du combat.

Problèmes les plus fréquents

Les pathologies dépendent du niveau de pratique et elles sont liées aux chutes, puisque les combattants ne se donnent pas de coups. Les régions les plus sensibles sont les épaules, les genoux, les coudes, les mains (qui servent à s'agripper en permanence au judogi de son adversaire) et le gros orteil (parce que ce sport se pratique pieds nus).

Lorsque la technique est approximative ou quand il y a un manque d'apprentissage, des pathologies du cou peuvent être rencontrées après des chutes. Les entorses cervicales correspondent à des lésions des ligaments, des capsules articulaires et des disques, liées à un mouvement forcé de flexion ou d'extension. Fort heureusement, elles sont le plus souvent bénignes.

lepoint.fr