Des bébés rendus obèses par les antibiotiques
Publié par Administrateur le Août 23 2012 15:18:46
Les enfants traités par des antibiotiques avant l'âge de six mois ont des risques supplémentaires d'être en surpoids dès 3 ans, révèle une étude américaine. Ces médicaments détruisent les microbes intestinaux qui régulent l'assimilation de nourriture.

Nouvelles étendues
On avait déjà entendu beaucoup de critiques sur les antibiotiques, voilà qu'ils sont aujourd'hui accusés de favoriser l'obésité infantile. Les enfants qui ont reçu des traitements antibiotiques durant les six premiers mois de leur vie ont davantage de chances d'être en surpoids à l'âge de 3 ans, selon une étude publiée mardi dans l'International Journal of Obesity.

Les chercheurs ont surveillé la croissance de 11532 enfants nés à Avon, au Royaume-Uni, en 1991 et 1992. Ils ont découvert que les bébés traités avec des antibiotiques entre la naissance et le cinquième mois présentaient un léger excès de poids entre 10 et 20 mois, qui s'accentuait par la suite. A l'âge de 38 mois (un peu plus de 3 ans), ils avaient 22% de chances supplémentaires d'être en surpoids. Cette différence de poids ne s'observait pas pour des ingestions d'autres types de médicaments, ni lorsque les traitements étaient donnés après l'âge de six mois.

"Des vaches plus grosses"

"Les microbes présents dans nos intestins pourraient jouer un rôle important dans la manière dont nous absorbons les calories, explique Leonardo Trasande, de la faculté de médecine de l'université de New York, qui a réalisé cette étude. L'exposition aux antibiotiques, surtout au plus jeune âge, pourrait tuer certaines de ces bactéries qui influent sur la façon dont nous assimilons la nourriture dans notre corps et qui, autrement, nous permettraient de rester minces."

Pour sa collègue Jan Blustein, cette découverte n'est pas totalement surprenante. "Depuis bien longtemps déjà, les éleveurs savent que les antibiotiques sont utiles pour produire des vaches plus grosses pour les revendre." Elle rappelle toutefois que cette étude doit encore être confirmée par d'autres travaux.