Réhabilitation pulmonaire au téléphone : TELEHEALTH offre de l’aide en ligne pour les régions rurales et éloignées
Publié par Administrateur le Juin 20 2008 01:57:11
ATS 2008, TORONTO – Selon une étude présentée au cours de la conférence internationale 2008 de l’American Thoracic Society, tenue à Toronto le mardi 20 mai, un programme qui fournit la réhabilitation pulmonaire via la technologie de vidéoconférence, le web et d’autres technologies émergentes aux patients habitant trop loin des centres de thérapie respiratoire pour faire le chemin 2 fois par semaine, améliore leur condition et résultats clinique et qualité de vie rien qu’en 8 semaines.
Nouvelles étendues
ATS 2008, TORONTO – Selon une étude présentée au cours de la conférence internationale 2008 de l’American Thoracic Society, tenue à Toronto le mardi 20 mai, un programme qui fournit la réhabilitation pulmonaire via la technologie de vidéoconférence, le web et d’autres technologies émergentes aux patients habitant trop loin des centres de thérapie respiratoire pour faire le chemin 2 fois par semaine, améliore leur condition et résultats clinique et qualité de vie rien qu’en 8 semaines.

Le programme « TELEHEALTH » révèle des résultats similaires à la réhabilitation pulmonaire standard effectuée en personne, selon Tina Jourdain, R.R.T, thérapeute respiratoire participant au programme. « Le ‘Breathe Easy’ Pulmonary Rehabilitation Program basé à Edmonton fournit des services aux patients souffrant d’affection pulmonaires chroniques (APC) depuis plus de 15 ans. Les Références ont augmenté avec les années [mais] plusieurs patients habitant des zones rurales n’ont pas pu accéder à notre programme à cause de son emplacement, » précisa Ms. Jourdain. « Voilà pourquoi en 2005, Capital Health, financé par Alberta Health et Wellness, mit en place le programme TELEHEALTH Pulmonary Rehabilitation afin de fournir l’accès aux patients souffrant d’APC et habitant dans des régions rurales au Nord ou au centre d’Alberta. Cette recherche visait à comparer les statistiques du programme local à celles du programme TELEHEALTH, afin de s’assurer que cette nouvelle méthode innovante de transmission est efficace. »

La majorité des patients référés souffrent de Broncho-Pneumonie Chronique Obstructive (BPCO). D’après la Canadian Thoracic Society, seules 98 centres de réhabilitation pulmonaire existent au Canada, avec la capacité de servir 1.2% de la population atteinte de BPCO au Canada uniquement. Vu qu’un grand nombre de canadiens atteints de BPCO habitent dans des régions rurales éloignées de ces centres, l’expansion de ces programmes est critique.

TELEHEALTH permet aux patients de consulter des pulmonologues, des thérapeutes respiratoires et à s’engager dans un programme d’exercices guidés à l’aide des technologies audiovisuelles afin d’éviter le besoin de traverser de longues distances. Dans le but d’évaluer son efficacité, la recherche analysa les résultats obtenus par 113 patients ruraux qui complétèrent le programme TELEHEALTH pendant 8 semaines. Tous les patients furent examinés par un pulmonologue via TELEHEALTH au début du programme pour une bonne évaluation.

Deux jours par semaine, les patients assistaient à des sessions éducatives fournies par TELEHEALTH au centre de soins médicaux local et effectuèrent des exercices sous la supervision d’un thérapeute respiratoire ou physique dans n’importe quel centre communautaire comprenant un espace sportif. Parmi ceux qui complétèrent le programme de 8 semaines, il y eu des améliorations considérables dans la marche de 12 minutes et la qualité de vie, tel qu’estimé par le St. George’s Respiratory Questionnaire.

« Les résultats étaient similaires entre les programmes locaux et le programme TELEHEALTH, » indiqua Ms Jourdain. « Plusieurs patients hésitent à s’exercer sans supervision par peur de se faire ‘plus de mal que de bien’ lorsqu’ils s’entrainent pour le souffle court, » expliqua-t-elle. « Le patient devient ainsi plus sédentaire et déconditionné. Avec le programme TELEHEALTH, le patient est surveillé et amasse des connaissances et une confiance en soi lui permettant de s’exercer régulièrement, ce qui, en contrepartie, améliore sa fonction physique et sa qualité de vie».

Source: American Thoracic Society