Mise en évidence de l’atteinte de l’artère ophtalmique dans la maladie de Horton grâce à l’IRM à haute résolution
Publié par Rosette le Mai 27 2009 11:33:23
Les auteurs ont mené une étude rétrospective destinée à montrer qu’il était possible de mettre en évidence par l’IRM haute résolution l’atteinte inflammatoire de la paroi de l’artère...

Nouvelles étendues

Les auteurs ont mené une étude rétrospective destinée à montrer qu’il était possible de mettre en évidence par l’IRM haute résolution l’atteinte inflammatoire de la paroi de l’artère ophtalmique dans la maladie de Horton, et ainsi de disposer d’un outil fiable et non agressif pour en confirmer le diagnostic et prendre les mesures thérapeutiques qui s’imposent en pareil cas.

Une cohorte rassemblant 50 patients atteints de maladie de Horton a ainsi été sélectionnée ; le diagnostic de la maladie a reposé sur des arguments cliniques, biologiques (CRP, VS) et pour 34 d’entre eux sur la positivité de la biopsie d’artère temporale. Ceux-ci avaient tous bénéficié d’une IRM des artères crâniennes superficielles mais l’inclusion finale n’a retenu que ceux dont l’ensemble des orbites était visualisé, soit 43 patients au total. Ce groupe a été comparé à un groupe de malades contrôle composé de 15 patients pour lesquels le diagnostic de maladie de Horton avait été éliminé sur des critères d’imagerie et histologiques.

Les résultats ont été les suivants.

A l’IRM : un rehaussement du contraste de la paroi des artères ophtalmiques a été constaté chez 20 patients (46 %) ; une atteinte bilatérale a été observée chez 14 d’entre eux. Cliniquement avaient été diagnostiqués chez ces patients : une neuropathie optique ischémique antérieure dans 9 cas, une neuropathie optique postérieure dans 1 cas, une occlusion de l’artère centrale de la rétine dans 4 cas, et un patient présentait des sténoses significatives des artères rétiniennes.

L’examen du fond d’œil était normal pour 22 patients.

Parmi les malades pour lesquels l’IRM était positive, 7 présentaient des anomalies à l’examen ophtalmologique.
Enfin, 26 patients avaient des symptômes d’appel oculaires : amaurose fugace, perte de vision, diplopie ou douleurs oculaires.

Concernant le groupe contrôle, aucun sujet ne présentait d’anomalie à l’IRM, et aucun ne manifestait de symptôme d’appel oculaire.

Cette étude met donc en exergue la fréquence de l’atteinte des artères ophtalmiques à l’IRM dans la maladie de Horton (46 %) : ce fait n’avait jusqu’alors jamais été rapporté, et est intéressant dans la mesure où la preuve histologique de l’atteinte est impossible à obtenir, au contraire de l’atteinte des artères crâniennes superficielles pour lesquelles la biopsie est réalisable. Cependant, les critères d’imagerie retenus pour définir l’atteinte de la paroi de l’artère ophtalmique ont été les mêmes que ceux utilisés et validés pour l’atteinte des artères crâniennes superficielles ; certains critères particuliers à la topographie de l’atteinte restent peut-être à définir.

Bayard Taylor Horton