La migraine en questions
Publié par La Pharmacienne le Décembre 14 2009 10:39:02

La mise au point de la première classification internationale des céphalées (ICHD-I), en 1998, a marqué une étape déterminante dans ce domaine, en permettant l’adoption
Nouvelles étendues




La mise au point de la première classification internationale des céphalées (ICHD-I), en 1998, a marqué une étape déterminante dans ce domaine, en permettant l’adoption d’un consensus international. Puis la seconde édition de ces critères, en 2004, est apparue comme un complément important, ne laissant subsister que quelques points litigieux. Ainsi, la standardisation de l’évaluation a permis, par la suite, une exploitation à grande échelle de données recueillies, lors de vastes études épidémiologiques, par le biais de questionnaires remplis par les patients eux- mêmes et dont la sensibilité et la spécificité avaient pu être vérifiées.


L’American Migraine Study et la Women’s Health Study sont des exemples de travaux de grande ampleur où les critères ICHD-I avaient été utilisés pour effectuer une classification initiale des patientes, migraineuses ou non. Par contre, les études appliquant les critères ICHD-II sont rares, d’où l’intérêt du présent rapport. En effet, l’équipe, qui le commente, souligne qu’elle s’est proposée de poursuivre les investigations sur les patientes de l’étude WHS qui, selon le premier questionnaire, répondaient aux critères ICHD-I, en le complétant par une autre série de questions, plus détaillées, adaptées aux critères ICHD-II. Cette technique s’est révélée fructueuse et les auteurs insistent sur la puissance de l’étude, puisque, parmi les patientes qui avaient rapporté l’existence de crise au moins une fois par mois, 1 675 ont pu être retenues pour l’analyse finale, en excluant les cas de céphalées quotidiennes. Malgré l’intérêt global de la validation de tels questionnaires, il est cependant à remarquer qu’ils n’échappent pas à certains biais puisque 87 % des migraines homologuées ont été considérées comme migraines certaines ou probables, sans aura, le questionnaire ne permettant pas le diagnostic différentiel entre aura et accident vasculaire. De plus, on est toujours à la merci d’une erreur de compréhension d’une question ou d’une faute de codage.


Quoi qu’il en soit, la valeur des questionnaires auto-remplis qui appliquent l’ensemble des critères de classification ICHD-II est un outil diagnostic puissant de la migraine sans aura.



Dr Françoise Ponchie Gardelle, JIM

Schürks M et coll : Agreement of self- reported migraine with ICHD- II criteria in the Women’s Health Study. Cephalalgia 2009 ; 29: 1086- 1090