Un meilleur profil (lipidique) pour les diabétiques de type 2...
Publié par La Pharmacienne le Janvier 11 2009 17:17:25
Les cranberries, en français canneberges ou grandes airelles rouges d’Amérique du Nord sont des baies issues d’un arbrisseau vivace qui croît dans les tourbières imbibées d’eau des régions froides...

Nouvelles étendues

Les cranberries, en français canneberges ou grandes airelles rouges d’Amérique du Nord sont des baies issues d’un arbrisseau vivace qui croît dans les tourbières imbibées d’eau des régions froides. Les qualités thérapeutiques sur la sphère urinaire de la canneberge sont connues depuis plusieurs années : elle diminue la fixation de certaines bactéries coliformes sur les parois des voies urinaires et prévient ainsi les récidives de cystite aiguë.

Dans le domaine cardiovasculaire, il a été rapporté que la consommation de cranberries augmente les HDL et, par ses effets anti-oxydants, réduit les LDL oxydées chez les sujets non-diabétiques. Mais l’intérêt de la canneberge pour les diabétiques de type 2 n’avait pas jusqu’alors été évalué.

Le but de cette étude taiwanaise a donc été d’examiner les effets de l’ingestion de cranberries sur le profil lipidique des diabétiques de type 2 sous antidiabétiques oraux.

Trente diabétiques de type 2 (16 hommes, âge moyen 65 ans) ont été recrutés dans cette étude randomisée en double aveugle contre placébo. Les modifications du profil lipidique, les LDL oxydées, le contrôle glycémique, les éléments du syndrome métabolique, la CRP et l’excrétion urinaire de l’albumine ont été évalués après ingestion de cranberries (3 capsules par jour de 500 mg de poudre après les repas) ou de placébo pendant 12 semaines.

Dans le groupe « cranberries », les LDL ont décru significativement (de 3,3 à 2,9 mmol/l, p = 0,005) et cette décroissance a été significativement plus importante que dans le groupe placébo (-0,4 versus –0,2 mmol/l, p < 0,001). Le cholestérol total et le rapport cholestérol total sur HDL ont aussi diminué significativement (p = 0,02 et 0,044 respectivement) dans le groupe « cranberries » et les réductions ont été également significativement différentes de celles retrouvées dans le groupe « placébo » (p < 0,001 et 0,032 respectivement). Cependant le niveau des LDL oxydées n’a pas évolué significativement. De plus, ni la glycémie à jeun, ni l’HbA1c ne se sont améliorées dans les 2 groupes et les constituants du syndrome métabolique, l’excrétion urinaire de l’albumine et la CRP n’ont pas différé significativement entre les groupes.

La supplémentation en poudre de cranberries a donc permis d’améliorer le profil lipidique athérogène chez les diabétiques de type 2, incluant les LDL, le cholestérol total et le rapport cholestérol total sur HDL. Le mécanisme de cette action passe probablement par les flavonoïdes et tanins des cranberries qui accroissent la réabsorption hépatique du cholestérol en augmentant l’expression des récepteurs aux LDL des hépatocytes. De plus l’absorption intestinale du cholestérol pourrait être réduite par la liaison des cranberries aux acides biliaires, augmentant ainsi l’excrétion fécale du cholestérol. Cependant, l’effet des cranberries sur le contrôle glycémique a été neutre chez ces patients diabétiques de type 2 sous antidiabétiques oraux.

Dr Serge Brugier

Lee IT et coll. : Effects of cranberry extracts on lipid profiles in subjects with type 2 diabetes
Diabetic Medicine 2008; 25 (12): 1473-77