Comment réduire l’exposition fœtale au plomb
Publié par La Pharmacienne le Janvier 11 2009 17:20:40
Des auteurs américains et mexicains ont montré, dans un essai randomisé contrôlé, en double aveugle contre placebo, dont les résultats ont été publiés en 2003, que la supplémentation orale...

Nouvelles étendues

Des auteurs américains et mexicains ont montré, dans un essai randomisé contrôlé, en double aveugle contre placebo, dont les résultats ont été publiés en 2003, que la supplémentation orale quotidienne par 1 200 mg de calcium chez les femmes allaitant, réduisait la plombémie maternelle de 15 à 20 % et la teneur en plomb du lait maternel de 5 à 10 %.

L’exposition au plomb étant délétère pour la croissance et le développement neurologique fœtal, les mêmes auteurs, d’Harvard et de l’École de santé publique du Michigan, et de l’Institut de santé publique et du ministère de la Santé du Mexique, viennent de publier les résultats d’un nouvel essai évaluant, cette fois au cours de la grossesse, l’effet de cette supplémentation calcique sur les taux sanguins maternels de plomb.

L’essai, randomisé, contrôlé, mené en double aveugle contre placebo, à Mexico, a inclus 670 femmes enceintes de 14 semaines ou moins. Après tirage au sort, 334 d’entre elles ont reçu 1 200 mg/j de carbonate de calcium per os, 336 un placebo, dès le premier trimestre de la grossesse ; 557 (83 %) ont adhéré à l’essai jusqu’au bout du suivi, sans différence significative d’adhésion entre groupe sous calcium et groupe sous placebo.
Les apports alimentaires maternels ont été détaillés, à chaque trimestre de la grossesse, par questionnaires, et une mesure de la teneur osseuse maternelle en plomb a été effectuée à 1 mois post-partum.

L’analyse, en intention de traiter, a pris en compte nombre de facteurs et effectué des ajustements sur la plombémie maternelle à l’entrée dans l’essai, l’âge maternel, le trimestre de la grossesse, les apports alimentaires énergétiques et en calcium.

En comparaison du placebo, la supplémentation orale quotidienne par 1 200 mg de calcium s’est avérée, dans l’ensemble, associée à une réduction moyenne de 11 % (0,4 µg/dl) de la plombémie maternelle (p = 0,004). Cette réduction était plus manifeste au deuxième trimestre de la grossesse (-14 % ; p < 0,001) qu’au troisième (-8 % ; p = 0,107), et les résultats précédents n’ont pas été modifiés par la prise en compte de l’hématocrite.

L’effet dose-réponse est net : la diminution de la plombémie était de 15 % chez les femmes ayant pris 50 % des comprimés ou plus (p < 0,001), de 19 % chez celles ayant pris 67 % des comprimés et plus (p < 0,001) et était plus marquée (de 24 %) encore pour celles dont la compliance était la plus forte, (75 % des comprimés et plus ; p < 0,001).

La réduction de la plombémie maternelle était manifeste également chez les femmes enceintes dont la plombémie initiale dépassait 5 µg/dl (-17 % ; p < 0,01) et celles dont la teneur osseuse en plomb était élevée (-31 % ; p < 0,01).

Ces résultats suggèrent que la supplémentation calcique pourrait représenter un des moyens de prévention secondaire des effets nocifs de l’exposition au plomb. La demi-vie de la charge osseuse en plomb se compte en effet en décennies et les femmes et leurs enfants restent à risque d’exposition longtemps après réduction des sources d’exposition environnementales.

Dr Claudine Goldgewicht

Ettinger AS et coll. : Effect of calcium supplementation on blood lead levels in pregnancy : a randomized control trial. Environ Health Perspect, Publication avancée en ligne, 2 septembre 2008.